Les champions du morbier couronnés à Morbier (Jura)

L'appellation d'origine protégée (AOP) lui a fait du bien. Le fromage "morbier" a de plus en plus le goût de la qualité. Ce sont les professionnels qui le disent.

© France 3 Franche-Comté / Fanny Moulin
On pouvait trouver de tout sous le nom de "morbier". Du produit au goût de terroir au fromage insipide et qui n'avait de Franc-Comtois que le nom. Depuis l'an 2000, c'est fini. Seul le morbier fabriqué par les fromagers du massif jurassien a le droit de s'appeler morbier.

Le 23ème concours du morbier vient de s'achever. Il a récompensé les meilleurs fromagers. Le jury a-t-il bien travaillé ? Pour le vérifier, rien de plus simple, il vous suffit de goûter le palmarès :


Comment est né le Morbier ?

C'est un petit frère du comté ! En automne et en hiver, le lait n'était pas assez abondant pour produire les énormes meules de comté. Les fermiers ont donc fabriqué un fromage plus petit. Il a pris le nom de "morbier" à la fin du XIXème siècle.


Pourquoi cette couche de cendre ?

Impossible de la rater. En plein milieu du morbier, il y a une couche de cendre. Plus précisément de la poudre de charbon de bois. Aujourd'hui, juste une jolie décoration. A l'origine, une nécessité. Toujours à cause du manque de lait, le morbier était fabriqué une moitié après l'autre. La première moitié était recouverte de cendre pour empêcher la formation d'une croûte. La livraison suivante de lait permettait de compléter le fromage.







Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter