L'association Espoir et fraternité tzigane de Franche-Comté dépose plainte contre Eric Zemmour

Publié le Mis à jour le
Écrit par Toky Nirhy-Lanto avec AFP

Le président de l'association Espoir et fraternité tzigane de Franche-Comté, Rémy Vienot, assigne Eric Zemmour en justice. Le candidat à la présidentielle a tenu le 22 janvier dernier à Cannes des propos haineux sur les gens du voyage, selon le responsable associatif.

Mardi 25 janvier, le président de l'association Espoir et fraternité tzigane de Franche-Comté, Rémy Vienot, a déposé plainte contre Eric Zemmour. La raison, une séquence survenue trois jours plus tôt. Samedi 22 janvier, le candidat à la présidentielle a tenu un discours à Cannes (Alpes-Maritimes). Le responsable associatif estime que certains de ses propos constituent une "provocation à la haine raciale" et une "diffamation" envers la communauté des gens du voyage. 

Un discours puis la colère

Pour Rémy Vienot, c'en est trop. Il a pris connaissance des propos tenus par Eric Zemmour lors de son meeting de Cannes. Pendant son discours, le candidat à l'élection présidentielle déclare : "Oui mes amis, et puisqu'on est chez nous, je renforcerai le pouvoir des maires contre les occupations illégales de terrains publics par les gens du voyage. Pour cela, je doublerai les amendes. J'imposerai les saisies des véhicules des délinquants et j'exigerai le recours automatique à la force publique dans les 72 heures". 

Cet extrait, c'est ce qui met en colère le responsable de l'association Espoir et fraternité tzigane de Franche-Comté : "Ce qui nous choque n'est pas le fait d'être plus répressif, même si nous sommes blasés d'entendre ces propos de politiciens à longueur de temps, mais bien le fait d'appuyer son discours par le « puisqu'on est chez nous »". 

Rémy Vienot s'inquiète de l'amalgame que fait l'ancien journaliste. "En employant cette phrase puis en aguichant le public lors de son discours, cela revient à sous-entendre que les gens du voyage ne sont pas chez eux. C'est clairement de la xénophobie, alors que nous sommes des citoyens Français", se justifie-t-il. 

Celui qui est à la tête de la page Facebook Les Gens du voyage de Besançon est offusqué : "Je reçois des centaines de messages sur ma page. Toute la communauté des gens du voyage de France s'est sentie rabaissée par les propos d'Eric Zemmour. On ne peut pas laisser impunément sous-entendre que les citoyens itinérants ne sont pas des citoyens Français". 

Une plainte en cours

Le responsable associatif a déposé plainte dans la foulée, mardi 25 janvier. "Quoi qu'il en soit, nous maintiendrons notre action. Une plainte, ça n'est pas anodin et ça engage notre responsabilité. Il y a presque un million de personnes qui ont été blessées par ces propos", tonne le responsable de l'association Espoir et fraternité tzigane de Franche-Comté.

Du côté de l'avocat de Rémy Vienot, il n'y a pas de doute sur la conduite à adopter. "Le principe de l'action est acté et il s'agit maintenant de définir la procédure la plus efficace et la plus adaptée pour faire valoir le droit des plaignants", explique Me Amine Abdelmadjid. Le conseil explique que "prendre du temps est une étape nécessaire d'autant que d'autres associations nous ont contacté pour se joindre à nous".

Pour Eric Zemmour, cette plainte s'ajoute aux procédures judiciaires actuelles. Le 17 janvier dernier, il a été condamné en première instance à 10 000 euros d'amende pour provocation à la haine. Il avait qualifié les mineurs migrants isolés de "voleurs", "assassins" et de "violeurs" sur la chaîne CNews en 2020. Le polémiste avait alors fait appel de la décision.