Après un grave accident de trottinette électrique, la mairie d'Audincourt alerte sur les risques de cette pratique

Un enfant de 10 ans a été renversé par une voiture mardi, vers 19h, à Audincourt. Ses jours ne sont pas en danger, mais il souffre de différentes fractures. Il roulait vite au guidon d'une trottinette électrique. Le maire de la commune veut rappeler les règles.

De l'avis des témoins présents mardi soir dans la rue Claude Nougaro, au cœur du quartier des Cantons, la voiture roulait à une vitesse normale quand la trottinette électrique a déboulé sur la chaussée. Le choc a été violent, l'enfant de dix ans étant projeté à plusieurs mètres.

La jeune victime qui souffrait visiblement d’une fracture à une jambe, a été prise en charge par les secours. Un hélicoptère a atterri à une quarantaine de mètres pour la transporter vers le CHU de Besançon. 

L'enfant souffre de plusieurs fractures et il semble établi que sa vitesse n'était pas adaptée à la circulation. Ce mercredi, le maire d'Audincourt MArtial Bourquin a souhaité réagir.

La multiplication des trottinettes électriques ne doit pas nous faire oublier les règles qui s'appliquent à tous et les parents doivent être d'une vigilance extrême avec leurs enfants pour qu'un tel drame ne se reproduise plus.

Martial Bourquin, maire d'Audincourt

 

Le fait que l'enfant soit âgé de 10 ans est en soi un problème. En effet, cela se sait peu, mais la loi française autorise la pratique des trottinettes électriques à partir de 12 ans.

Voici quelques règles à respecter :

Les utilisateurs d’EDP (Engin de Déplacement Personnel) motorisés doivent adopter un comportement prudent, tant pour leur propre sécurité que celle des autres.

Il faut avoir au moins 12 ans pour avoir le droit de conduire un EDP motorisé ;

Le transport des passagers est interdit : c’est un engin à usage exclusivement personnel ;

Il est interdit de porter à l’oreille des écouteurs ou tout appareil susceptible d’émettre du son. 

Trottoirs, pistes cyclables, la chaussée et les voies vertes :

les EDP motorisés ont interdiction de circuler sur le trottoir (sauf si le maire prend des dispositions afin de les y autoriser). Sur les trottoirs, l’engin doit être conduit à la main sans faire usage du moteur ;

En agglomération, ils ont obligation de circuler sur les pistes et bandes cyclables lorsqu’il y en a. A défaut, ils peuvent circuler sur les routes dont la vitesse maximale autorisée est inférieure ou égale à 50 km/h ;

Hors agglomération, leur circulation est interdite sur la chaussée, elle est strictement limitée aux voies vertes et aux pistes cyclables ;

Le stationnement sur un trottoir n’est possible que s’ils ne gênent pas la circulation des piétons. La loi mobilités permettra aux maires d’édicter des règles plus précises de leur choix.

Equipements :

Les casques ne sont pas obligatoires en ville, mais restent fortement conseillés. En revanche, le port du casques est obligatoire hors agglomération ;

De nuit comme de jour par visibilité insuffisante, et même en agglomération, les utilisateurs doivent porter un vêtement ou équipement rétro-réfléchissant (par exemple un gilet, un brassard…) ;

Les EDP motorisés doivent être équipés de feux avant et arrière, de dispositifs rétro-réfléchissants, de frein et d’un avertisseur sonore ;

Ll est interdit de circuler avec un engin dont la vitesse maximale n’est pas limitée à 25 km/h.

En cas de non-respect des règles, les sanctions lourdes s’appliquent :

Le non-respect des règles de circulation : 35 € d’amende ;

Circuler sur un trottoir sans y être autorisé : 135 € d’amende ;

Rouler à plus de 25 km/h : 1 500 € d’amende.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité