Audincourt : l'électricité du centre de vaccination coupée volontairement, la mairie porte plainte

C'est un acte malveillant. Les disjoncteurs du centre de vaccination ont été coupés dimanche 18 juillet. La mairie a porté plainte. Martial Bourquin, le maire PS d'Audincourt (Doubs), juge cet acte "inqualifiable". La vaccination a pu reprendre ce matin, lundi 19 juillet, avec de nouvelles doses.
Centre de vaccination d'Audincourt, victime de coupure d'électricité volontaire
Centre de vaccination d'Audincourt, victime de coupure d'électricité volontaire © Florence Petit France Télévisions

Les quatre disjoncteurs qui alimentent le centre de vaccination ainsi que le générateur de secours ont été coupés. Ces coupures d'électricté ont provoqué le déclenchement d'une alarme, donnant ainsi l'alerte et la "panne" provoquée n'a pas duré trop longtemps, entre une heure et une heure et demi.

Les vaccins, très exactement 5383 doses Pfiser, étaient entreposés dans des réfrigérateurs. Le maire PS d'Audincourt, Martial Bourquin, déclare : " Nous avons mis de côté ces doses pour les faire analyser." Suite à la plainte, une enquête a été ouverte et la police nationale a effectué sur place des relevés d'empreintes digitales et d'ADN. Des caméras de vidéos-surveillance doivent également être exploitées. Des images sont déjà en cours de visonnage pour identifier un suspect, toujours selon l'élu.

Sabotage du centre de vaccination d'Audincourt

"Nous avons pris des mesures de sécurité, toute l'installation électrique qui était à l'extérieur sera maintenant à l'intérieur, il ne sera plus possible de pirater l'installation", a souligné Martial Bourquin. 

Ces actes sont inacceptables et inqualifiables.

Martial Bourquin, maire PS d'Audincourt

Le centre de vaccination d'Audincourt a retrouvé une activité normale ce matin, lundi 19 juillet, avec d'autres doses de vaccins. Martial Bourquin poursuit : "Cela n'a rien changé. On a fait près de 600 vaccinations ce matin, on en fera plus de 1 000 dans la journée. En quelques heures, tout a été réparé. On n'a pas le droit de s'en prendre à des édifices publics mais aussi à tous ces gens qui veulent se faire vacciner et qui parfois attendent longtemps leur vaccination."

Autre centre de vaccination cible d'une attaque

Une autre dégradation volontaire d'un centre de vaccination s'est produite dans le Pays-Basque. Le chapiteau accueillant le centre de vaccination contre le Covid-19 de la commune d'Urrugne (Pyrénées-Atlantiques) a été l'objet d'un incendie volontaire dans la nuit du samedi 17 au dimanche 18 juillet. Une enquête a été ouverte pour destruction volontaire par incendie. Dans cette commune, les vaccinations ne reprendront que le mercredi 21 juillet.

La police nationale a reçu une consigne cette fin de semaine : multiplier les rondes aux abords des centres de vaccination pour tenter d'empêcher ces dégradations.

        

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société politique