• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

FC Sochaux : Le chinois Ledus vendra-t-il ? Le club de ligue 2 toujours dans le flou

© Cédric Jacquot - maxPPP
© Cédric Jacquot - maxPPP

Sous pavillon chinois depuis le rachat du club en 2015 par la société Ledus, le FCSM est actuellement géré par l'ambitieux groupe espagnol Baskonia Alavés qui souhaite à terme racheter le club... sans aucune certitude de pouvoir y parvenir.

Par AFP

Plus que la rencontre face à Metz lundi soir pour la 10e journée de L2, c'est l'avenir du club qui occupe les conversations ces jours-ci dans le Doubs. Et plus particulièrement les questions sur l'identité du futur propriétaire.

Le FCSM a été racheté à l'été 2015 par le Chinois Li Wing Sang, dont le groupe Ledus connaît aujourd'hui de graves difficultés financières. Le nouveau propriétaire a été rapidement contesté par le public, puis une partie des élus locaux, et depuis cette saison le club est géré par le groupe espagnol Baskonia Alavés en vertu d'une convention de trois ans passée avec Li Wing Sang.
    
Dès le départ, les Basques n'ont toutefois jamais caché leur objectif à moyen terme: devenir propriétaires du FCSM, comme l'expliquait dès le mois de juin Haritz Kerejeta, directeur général du groupe également propriétaire du club de foot du Deportivo Alavés et de celui de basket de Vitoria.

 "Notre objectif est de devenir propriétaire du club, c'est pour cela que nous sommes ici, pour commencer le travail de restructuration", expliquait M. Kerejeta, visiblement désireux de ramener la stabilité dans un club historique du championnat de France, fondé en 1928 et qui avait connu une vraie continuité durant plus de 80 ans sous la direction de Peugeot, jusqu'à sa vente en 2015.


Pas pressé de vendre


Un accord tacite entre le Baskonia et le propriétaire chinois pour une revente était évoqué mais M. Kerejeta voulait rester prudent: "Nous on respecte notre engagement. On est là pour trois saisons. Est-ce que l'actionnaire respectera le sien, autrement dit accepter de nous revendre le FCSM ? Ça je ne le sais pas".

Début septembre, en marge d'un tournoi au pays basque regroupant le Deportivo Alavés, la Real Sociedad et Sochaux, Haritz Kerejeta confirmait les ambitions basques de rachat, mais les choses n'ont semble-t-il guère évolué.
D'autant que Li Wing Sang n'est visiblement pas tout à fait sur la même longueur d'ondes. Présent à Sochaux lors de la photo officielle de l'équipe il y a une dizaine de jours, le propriétaire chinois ne semble pas pressé de vendre un club pour lequel il a déboursé sept millions d'euros.
Et il a expliqué vouloir prendre son temps pour étudier différentes candidatures: "Beaucoup de monde veut racheter le club ! Une entreprise turque, une américaine et un prétendant africain se sont positionnés. Baskonia n'est pas seul sur les rangs", expliquait Li Wing Sang à l'Est Républicain, avant de préciser ses attentes.

Choisir la meilleure solution

"Si quelqu'un veut arriver ici, prendre le relais, il y aura la partie +discussion autour de l'argent+, mais ça ne suffira pas. Il faut aussi apporter un projet. Le plus important, c'est de choisir la meilleure solution pour le club. Sachez aussi qu'au départ, je ne cherche pas à vendre".

Côté supporters, si une majorité de fidèles continue de se rendre au stade Bonal, neuvième affluence de Ligue 2 avec 6.332 spectateurs en moyenne, et attend encore pour juger la qualité du travail de Baskonia, le groupe de supporters Tribune Nord Sochaux a clairement défini sa position via un tract intitulé: "Contre le FC Ledus Baskonia 2018", diffusé lors de la rencontre face à Orléans le 21 septembre.
De leur point de vue, aucun des deux groupes ne représente une solution viable.
    

Baskonia semble pourtant particulièrement motivé à l'idée de refaire de Sochaux, actuel 15e de L2, une place forte du football français. "Baskonia a pris le Deportivo Alavés en 2e division avec une dette de 20 millions d'euros et l'a ramené en première division", grâce à un modèle de management qu'il veut appliquer à Sochaux, rappelle le groupe basque sur son site internet.
Alavés qui a justement battu le grand Real Madrid pas plus tard que samedi et pointe dans le peloton de tête de la Liga. Un exemple et un rêve de grandeur qui reste encore très hypothétique en Franche-Comté...
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus