• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Transjurassienne : Pascal dans la course du Risoux au Pré Poncet (4/5)

4ème épisode du récit de Pascal pour sa 20ème Transjurassienne. Une édition 2012 marquée par des conditions de froid épouvantables. Aujourd'hui, nous allons du Risoux au Pré Poncet

Par Récit : Pascal Bezin

Bellefontaine : Pascal ralenti par la télé !

Le Risoux, c'est mon jardin. Je me retrouve sur les pistes que je fréquente depuis 30 ans. Je connais par cœur tous les virages et toutes les bosses et je me sens pousser des ailes. Saint Exupéry disait, dans la bouche du Petit Prince : « J'ai toujours aimé le désert. On s'assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n'entend rien et cependant, quelque chose rayonne en silence ».  C'est exactement ce que je ressens, presque chaque fois que je suis seul dans le Risoux. Ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui...
« A quelle heure doit-on être à Bellefontaine pour la prochaine interview Jean-Luc ? »
« Pas avant midi et demi. »
« C'est pas possible, on y sera au pire à midi ! »

Et voilà comment on se retrouve au ravitaillement des Ministres (le sommet du Risoux), bien tranquille au soleil, à l'abri de la bise, moi en train de bâfrer en blaguant avec mon vieux pote Bruno, et Jean-Luc essayant désespérément de joindre son coéquipier Matthias avec son téléphone portable. Après 20 minutes de repos forcé, le redémarrage est difficile. Encore un tout petit effort. Nous atteignons le point culminant de la course. Altitude 1400 mètres.
La grande descente du Chemin Blanc permet de voir quelques concurrents les pattes en l'air, puis c'est la petite remontée sur le ravitaillement de Bellefontaine. Celle là, je ne m'y ferai jamais. Un calvaire, et tous les ans c'est pareil. Le cœur redescend très bas dans la descente, et la relance violente ne lui permet pas de repartir correctement.
Nous enchaînons encore une interview avec Matthias, Andréa et Marie Aude, puis c'est la longue succession des creux et des bosses le long des lacs des Mortes. La bise reste soutenue, mais ça n'a rien à voir avec Bois d'Amont. Il n'y a plus de peloton. On double des concurrents isolés. On voit moins de spectateurs. C'est la partie monotone du parcours. Encore trois thés bouillants au ravitaillement de Chapelle des Bois. Peut être en ais-je bu plus de vingt déjà depuis le début de la course. Mais c'est vrai qu'avec les gants et les attaches bâtons, il en part déjà la moitié sur les chaussures. Les Rousses, Bois d'Amont, Bellefontaine, Chapelle des Bois : des noms pleins de vie ; pleins d'images, qui résonnent d'une consonance rustique, qui chantent dans l'oreille comme une litanie de Pagnol. Ça sent bon la forêt, ça sent bon le sapin, la résine que tous les Jurassiens ont déjà essayé de nettoyer pendant des heures en râlant.
On repart dans la si fameuse Combe des Cives, l'enfer du dévers, l'instant de vérité, le début de la fin pour certains. En tout cas, on se rapproche du bout, et ça a l'air d'aller plutôt bien pour Jean-Luc et moi.
Pascal profite d'un thé chaud à la faveur d'un ravitaillement / ©
Pascal profite d'un thé chaud à la faveur d'un ravitaillement / ©

Une aventure intérieure

Reste la Célestine, la dernière grosse bosse, le dernier raidard, le Cauberg de la Transju. « Tout à gauche », comme on dit dans le jargon cycliste.
Nous doublons des concurrents arrêtés, un autre qui monte les skis à la main, la souffrance se sent, se voit, se devine. J'imagine ce que certains pensent : « Mais bon dieu, pourquoi je me suis lancé dans cette galère ? » Ou bien : « Dire que je pourrais être au lit avec 1 café, 2  croissants et ma blonde… »
Le dépassement de soi prend ici toute sa valeur. Chacun à sa propre histoire, vit sa propre aventure, qu'il racontera 100 fois dans les semaines suivantes. Certains, dans la tête, commence à osciller entre l'envie de tout arrêter et la volonté irrépressible d'aller jusqu'au bout. Curieuse dualité de l'esprit humain qui se nourrit de tout et son contraire, qui, dans le paroxysme, entretient la lutte entre la volonté exacerbée et le muscle épuisé. La lutte sera intense, mais la victoire sera souvent au bout. Ils iront même jusqu'à paraphraser Guillaumet : « Ce que j'ai fait, jamais aucune bête ne l'aurait fait. » Il s'était écrasé dans la Cordillère des Andes en avion et avait marché cinq jours. Il avait avoué que son ultime effort était juste pour que l'on puisse retrouver son corps afin que sa femme touche l'assurance vie.
Je vous l'avais bien dit : « Mais où va donc se nicher la motivation ? »
De toute façon, impossible de doubler. Nous sommes à la queue leu leu. La montée est finalement assez courte. On bascule directement sur le refuge de la Perruque et le ravitaillement du Pré Poncet. Nous prenons notre temps au ravitaillement, contents tous les deux de savourer cette belle journée qui va se terminer dans une heure. Cinq heures que nous skions ensembles, et nous sommes comme deux vieux amis, deux vieux complices, amusés par cette aventure, mi loisir, mi professionnelle. Nous sommes parfaitement au diapason, désireux de partager cette passion de l'effort, enthousiastes et volontaires. On prend même le temps de faire un petit cours de ski, sous le regard surpris de certains skieurs, qui n'ont, eux, même plus envie de parler (ou plus la force, ils se reconnaîtront).

lire la fin de l'aventure : "la fin de l'aventure de Pascal et Jean-Luc"

A lire aussi

Sur le même sujet

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus