Vitres brisées, sièges arrachés, urine dans les bus, le transporteur dit stop et suspend deux lignes scolaires dans le Pays de Montbéliard

La nouvelle est tombée à la mi-journée ce mardi 14 mai 2024. EvolitY, le réseau de transports du Pays de Montébliard, a mis à l'arrêt deux lignes scolaires jusqu'à vendredi inclus. Une décision qui fait suite à d'importants dégâts commis dans ses bus par des collégiens de Grand-Charmont (Doubs).

Aucun bus ne circulera sur les lignes 231 et 232 jusqu'au vendredi 17 mai 2024. EvolitY a stoppé net ses renforts scolaires qui desservent la commune de Grand-Charmont (Doubs) ce mardi 14 mai à la mi-journée.

Selon évolity, des élèves du collège Jouffroy d'Abbans de Sochaux (Doubs) seraient à l'origine d'importantes dégradations dans ses cars. Le réseau de transports du Pays de Montébliard l'a annoncé sur ses réseaux sociaux à la mi-journée.

Vitres cassées et sièges arrachés

Des vitres ont été brisées dans deux cars ce mardi matin. Des vitres avaient déjà été cassées dans deux autres véhicules il y a une semaine tout juste. Le transporteur a aussi constaté des sièges arrachés, des rideaux lacérés. Des traces de nourriture et des taches d'encre ont également été retrouvées sur les tissus. Des passagers auraient enfin uriné à bord des véhicules.

"C'est une accumulation, les chauffeurs en ont ras le bol et beaucoup de parents nous écrivent pour nous dire que ce qui se passe dans ces bus n'est pas normal", explique Marjorie Pottier, responsable de la communication d'évolitY à France 3 Franche-Comté.

On a eu des réclamations, des automobilistes ont vu les vitres du bus exploser. C'est une mesure de sécurité avant tout pour les chauffeurs et les autres élèves à l'intérieur du bus mais aussi pour tous les usagers à l'extérieur.

Marjorie Pottier, responsable communication d'évolity.

L'équipe sécurité-fraude du transporteur va chercher à identifier les auteurs de ces dégâts et autres "incivilités" .Jointe par France 3 Franche-Comté, la direction du collège Jouffroy d'Abbans n'a pas souhaité commenter cette décision d'évolitY. Pour information, les services 233 et 234 pour les élèves de Vieux-Charmont et Nommay restent assurés.

"Une petite bande qui sème la zizanie"

Le maire de Grand-Charmont, lui, approuve le transporteur et exprime son soutien aux chauffeurs. "On a une petite bande qui sème la zizanie au collège et dans le quartier des Fougères, des jeunes qui nous empoisonnent la vie", confie Jean-Paul Munnier, le maire de Grand-Charmont, à France 3 Franche-Comté.

Il n'y a pas de caméras dans les bus et on ne peut pas les identifier. Les autres collégiens ne veulent pas les dénoncer, ils ont peur.

Jean-Paul Munnier, maire de Grand-Charmont (Doubs).

L'édile a décidé d'organiser une réunion de crise le 21 mai prochain avec les représentants de l'agglomération, le transporteur, la principale du collège, les médiateurs du quartier, la gendarmerie et le procureur de la République, pour essayer de trouver une parade. "Il faut qu'on trouve des solutions, ça ne peut plus durer", insiste Jean-Paul Munnier.

En attendant, il invite les élèves scolarisés au collège à emprunter les lignes régulières ou à se faire accompagner en voiture par leurs parents.

En février dernier, une école primaire avait été littéralement saccagée à Grand-Charmont dans le quartier des Fougères, par des adolescents âgés de 10 à 12 ans. Les dégâts avaient été estimés à près de 30 000 euros. Le maire avait porté plainte contre X.