Ecole Valentin : les braqueurs du Mac Donald mis en examen

Les deux braqueurs du restaurant Mac Donalds de Besançon ont été mis en examen aujourd'hui pour vol avec armes en récidive et placés en détention en chambre carcérale à l'hopital de Besançon. En effet, tous les deux ont été blessés lors de leur interpellation. 

Les deux jeunes gens qui ont braqué le Mac Donalds à Ecole-Valentin, près de Besançon ont été mis en examen aujourd'hui, mardi 07 juin 2016. Ils ont été mis en examen pour vol avec armes en récidive et placés en détention en chambre carcérale à l'hopital de Besançon puisque tous les deux ont été blessés lors de leur interpellation musclée par les gendarmes du GIGN.

Dimanche soir, vers 21h, deux braqueurs, visage dissimulé sous un foulard, font irruption dans le Mac Donald's d'Ecole-Valentin, en périphérie de Besançon et tirent à deux reprises. Manque de chance pour eux, parmi les clients du fast-food, se trouvent des membres du GIGN, en civil.

"Ils ont attendu, en excellents professionnels qu'ils sont, que les malfaiteurs sortent du restaurant pour intervenir", précise la procureur de la République de Besançon, Edwige Roux-Morizot. Les deux braqueurs ont tenté de s'enfuir mais ils ont été poursuivi par les gendarmes. Le premier braqueur a été interpellé après une chute dans les escaliers. Le deuxième a refusé de s'arrêter malgré les sommation. Il a mis en joue plusieurs fois ses poursuivants qui ont tiré pour l'arrêter puis l'interpeller à son tour.

Agés de 25 et 26 ans, originaires du pays de Montbéliard, ils sont tous les deux connus de la justice.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité