Economie : l'Insee dresse un bilan en demi-teinte pour 2018 dans la région

© France 3 Bourgogne
© France 3 Bourgogne

L'Insee a publié jeudi 6 juin, le bilan économique 2018 en Bourgogne-Franche-Comté. Plusieurs points positifs : recul du chômage, reprise du marché de l’automobile, bons rendements agricoles. L’emploi en revanche, recule de nouveau.
 

Par C.R.

• L'emploi : en recul

Selon le bilan publié le 6 juin par l'Insee, la Bourgogne-Franche-Comté a perdu l'an dernier 6 500 emplois, une diminution de 0,7 % en un an.
Ce recul concerne tous les départements de la région, à l’exception de la Côte-d’Or.
Il est particulièrement marqué dans l'intérim. L’emploi industriel continue de diminuer, mais moins fortement depuis deux ans.
La construction perd à nouveau des emplois alors qu’elle en avait gagné l’an dernier pour la première fois depuis 2008.
Seuls le tertiaire marchand hors intérim et l’agriculture gagnent des emplois.

• Chômage : légère amélioration

Fin 2018, le taux de chômage s’établit à 7,5 % en Bourgogne-Franche-Comté, en baisse de 0,2 point en un an. Cette amélioration est moins prononcée qu’en 2017 et 2016.
Elle concerne la plupart des départements de la région, les moins de 25 ans, mais ne profite pas aux seniors ni aux chômeurs de longue durée.
 


• Plus de création d'entreprises

Le nombre de créations d’entreprises augmente fortement par rapport à l’année précédente, confirmant la reprise initiée depuis deux ans.
Les immatriculations d’entreprises progressent dans tous les départements de la région, dans tous les secteurs d’activité et quelle que soit leur forme juridique.
18 850 entreprises ont été créées en Bourgogne-Franche-Comté dans les activités marchandes non agricoles. C’est 2 600 entreprises de plus qu’en 2017

• La construction marque le pas

Après une année 2017 de forte croissance, les permis de construire marquent le pas en Bourgogne-Franche-Comté. Les mises en chantier résistent mieux qu’au niveau national, mais les ventes de logements neufs reculent pour la deuxième année consécutive.
La région reste parmi les moins chères de France.
Le secteur est confronté à des difficultés de recrutement de personnels qualifiés, à la hausse des prix des matières premières et à la réforme de mesures publiques.

• Tourisme : en légère baisse

En 2018, les hôtels et les campings de Bourgogne-Franche-Comté ont totalisé 10,15 millions de nuitées.
La fréquentation touristique est en légère baisse par rapport à 2017, aussi bien dans les hôtels que dans les campings.
Dans les hôtels, la fréquentation se contracte sous l'effet du repli de la clientèle résidant en France. Dans les campings, elle est grevée par le recul de la clientèle résidant à l’étranger.
 
Le tourisme fluvial en Bourgogne-Franche-Comté est un vecteur économique fort, les retombées économiques sont estimées à 80 millions d'euros par an / © FTV
Le tourisme fluvial en Bourgogne-Franche-Comté est un vecteur économique fort, les retombées économiques sont estimées à 80 millions d'euros par an / © FTV

• L'automobile redémarre

Après un coup d'arrêt en 2017, les immatriculations de véhicules neufs en Bourgogne-Franche-Comté sont en hausse de 3,2 %, comparable au niveau national. 
La désaffection pour les véhicules diesel se poursuit. 
Dans le Doubs, où sont réalisées un quart des ventes de véhicules particuliers de la région, celles-ci reculent de 4 %.
Les ventes progressent dans les sept autres départements et jusqu’à plus de 6 % en Haute-Saône et dans le Territoire de Belfort.

• Agriculture : la viticulture en tête

La production de vins progresse dans l’ensemble de la région après une année 2017 marquée par le gel. 
Dans le Jura, qui avait perdu la moitié de sa récolte l’an dernier, la production est 60 % au-dessus de la moyenne des cinq dernières années.
La récolte dans les autres départements de vignoble est également supérieure à la moyenne quinquennale : de 32 % dans l’Yonne, 28 % dans la Côte-d'Or, 18 % dans la Nièvre et 8 % en Saône-et-Loire.
Du fait de la récolte abondante de 2018, le volume des transactions de vins en vrac augmente de 20 % par rapport à l’année précédente. 

• Toujours plus de frontaliers
La croissance du nombre de frontaliers en direction de la Suisse se poursuit à un rythme plus soutenu que l’année précédente et supérieur au rythme national.
Les trois départements de la région ayant une frontière avec la Suisse atteignent leur plus haut contingent de frontaliers. 
Fin 2018, près de 35 300 résidents non suisses de Bourgogne-Franche-Comté exercent une activité professionnelle en Suisse, ils sont 40 % de plus que début 2011.
 
Des frontaliers à l'une des douanes du Haut-Doubs / © France 3 Franche-Comté
Des frontaliers à l'une des douanes du Haut-Doubs / © France 3 Franche-Comté

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus