Elections municipales 2020 : Comment ça fonctionne déjà la parité hommes - femmes en politique ?

© Gaujard Christelle - maxPPP
© Gaujard Christelle - maxPPP

Les électeurs voteront les 15 et 22 mars 2020 pour élire leur future équipe municipale. Sur les listes des communes de plus de 1000 habitants, un candidat sur deux sera une femme. Explications. Et rappel, de cet acquis qui ne date pas de si longtemps dans la vie politique française !  

Par Sophie Courageot

Aux élections municipales, 50% des places au mieux seront réservées à ces dames. Mais seulement dans les communes de plus de 1000 habitants.

Dans les petits villages, ou bourgs, rien n'oblige les partis politiques à laisser des places aux femmes, mais ils ont tout intérêt à le faire. Une liste trop masculine, ça n'est pas forcément bien vu de nos jours ! 

La parité en politique finalement remonte seulement à 2013. La loi du 17 mai 2013 instaure le fait que les communes de plus de 1000 habitants doivent respecter pour les élections municipales et intercommunales, une alternance stricte d'un homme/une femme ou une femme/un homme dans les listes déposées par les candidats. Ces listes seront déposées avant le 27 février pour le premier tour des élections municipales 2020.
 

La parité commence en 1944 avec le droit de vote octroyé aux femmes en France


La parité électorale en France s'est faite par étapes. Rappelons que c'est seulement en avril 1944, qu'une ordonnance autorise les femmes à devenir électrices et à pouvoir être éligibles.
 
Le vote des femmes en France en 1945

Ce n'est que dans les années 90 que les choses ont véritablement bougé en France, pour forcer à coup de textes de loi cette parité politique hommes - femmes qui ne semblait pas aller naturellement de soi. 

La loi constitutionnelle du 8 juillet 1999, a fait inscrire dans la Constitutition et dans son article 3 que "la loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives".

La loi du 6 juin 2000 oblige à présenter un nombre égal de femmes et d’hommes lors des scrutins de listes (élections européennes, élections sénatoriales). Les partis politiques qui ne respectent pas la parité́ stricte (2% d’écart maximum entre les deux sexes) doivent payer des sanctions financières. 

La loi du 31 janvier 2007 renforce le dispositif de parité. Il est étendu à l’obligation de la stricte alternance femmes hommes dans la composition des listes, pour l’élection de l’exécutif des régions et des communes de 3.500 habitants.

La loi du 17 mai 2013 enfin prévoit pour les élections des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et délégués communautaires, une obligation de parité à partir du seuil de 1 000 habitants. 
 

Combien de femmes trouve-t-on dans les conseils municipaux en France ?


Selon les statistiques de la direction générale des collectivités locales, la part des femmes dans les conseils municipaux en janvier 2019 était de 39,9 %.

Dans les communes de moins de 1 000 habitants, où la parité sur les listes n'est pas obligatoire, cette proportion tombe à 34,5 %.
© Direction Générale des Collectivités Locales
© Direction Générale des Collectivités Locales

Mais les femmes sont loin d'être en force à occuper des mandats de maires : 17 % de femmes sont élues maires, 29 %  des élues occupent des postes premiers adjoints, 38 % sont seconds adjoints et on trouve 43 % de femmes parmi les autres adjoints et conseillers. 
 
C'est en Ile-de-France que la parité politique fonctionne le mieux avec plus de 20% de femmes élus dans les communes.
En Bourgogne Franche-Comté, elles sont 17,9%.
La Corse est dernière de la classe avec seulement 12% de femmes qui occupent un mandat dans les communes.

 
© Direction Générale des Collectivités Locales
© Direction Générale des Collectivités Locales

Sur le même sujet

Les + Lus