Environnement : le port de Saint-Jean-de-Losne s'est équipé d'une faucardeuse pour lutter contre les algues

Chaque année, quand la chaleur s’installe, les algues vertes sont de retour dans le canal de Bourgogne ce qui gêne la navigation. C’est aussi le cas dans le port de Saint-Jean-de-Losne, en Côte-d’Or, qui a décidé de s'équiper d'une faucardeuse.

Une faucardeuse fauche les algues dans le port de Saint-Jean-de-Losne, en Côte-d’Or.
Une faucardeuse fauche les algues dans le port de Saint-Jean-de-Losne, en Côte-d’Or.

 

Le port de Saint-Jean-de-Losne perd des clients à cause des algues 

Cela fait plusieurs années que le problème revient chaque été : avec la chaleur, les algues vertes prolifèrent dans le port de Saint-Jean-de-Losne. Si on veut s’en débarrasser sans utiliser de produits chimiques, il n’y a qu’une solution : le faucardage. Cette opération consiste à faucher les algues, grâce à une machine appelée faucardeuse.

Jusqu’à présent c’est Voies Navigables de France (l’organisme chargé de la gestion des voies d’eau) qui était responsable du faucardage dans le port de Saint-Jean-de-Losne. Mais, les responsables locaux ont décidé de se regrouper pour agir plus efficacement.

"Depuis 3 ans VNF intervient pour faire du faucardage, mais comme il y a des contraintes d’appel d’offres et des délais, on a souhaité devenir autonomes", explique Jean-Luc Soller, président de la communauté de communes Rives de Saône.

Pour Saint-Jean-de-Losne, premier port fluvial de France, il devenait urgent de régler le problème. En effet, depuis que les algues ont commencé à tout envahir il y a environ 4 ans, le port a perdu environ 30% de sa clientèle.

Or, "la filière représente environ 150 emplois sur tout le secteur et à peu près autant, voire plus d’emplois indirects et saisonniers", précise Nicolas Vadrot, chargé de développement pour le Pays Beaunois. Outre ses 300 places d’amarrage, le port de Saint-Jean-de-Losne abrite aussi une capitainerie, un atelier de réparation de bateau, des bureaux de vente, d’achat et de location de bateau, etc.

 

La Grande Saône, la Petite Saône, le canal du Centre, le canal de Bourgogne, le canal entre Champagne et Bourgogne, le canal du Rhône au Rhin et la Seine sont autant de destinations accessibles depuis Saint-Jean-de-Losne.
La Grande Saône, la Petite Saône, le canal du Centre, le canal de Bourgogne, le canal entre Champagne et Bourgogne, le canal du Rhône au Rhin et la Seine sont autant de destinations accessibles depuis Saint-Jean-de-Losne. © Rodolphe Augier

Le canal de Bourgogne n'est pas épargné par cette invasion d'algues

L’arrivée de cette faucardeuse a été saluée par les plaisanciers. Depuis le début du mois de juin, ils assistent avec soulagement aux opérations de nettoyage. "C'est un vrai problème, car les moteurs de bateau ont des filtres et il faut qu’on les nettoie, parfois trois fois dans la journée, parce qu’ils se bouchent."

Une étude physico-chimique sera menée en partenariat avec Voies navigables de France, pour tenter de trouver des solutions à long terme contre ce fléau vert.

A noter que le canal de Bourgogne - qui va de Migennes dans l'Yonne jusqu’à Saint-Jean-de-Losne, en Côte-d'Or - est lui aussi confronté à cette invasion d’algues. Chaque année, des dizaines de milliers d’euros sont dépensés pour couper ces plantes aquatiques envahissantes qui s’entortillent autour des hélices et gênent la navigation des bateaux.

Lors des fortes chaleurs, les algues repoussent très vite et la faucardeuse doit repasser deux, voire trois fois dans la saison, là où un seul passage était nécessaire il y a dix ans.

 

Reportage de Guillaume Desmalles, Christophe Gaillard et Cécile Frèrebeau avec :

-Max Gérard, co-gérant de la société H2o
-Véronique Maillard, plaisancière
-Jean-Luc Soller, président de la communauté de communes Rives de Saône
- Nicolas Vadrot, chargé de développement pour le Pays Beaunois

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement écologie ports économie transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter