«La France est mon pays», 6 ans après leur exil d’Alep, ces restaurateurs syriens veulent rester en Saône-et-Loire

Rima et César ont quitté Alep en 2016. Ce couple de Syrien a trouvé refuge à Tournus (Saône-et-Loire) où ils ouvert un restaurant. Six ans après leur arrivée, le couple a lancé sa demande de naturalisation. 
Elle était professeur d'arts plastiques. Lui était directeur commercial, à Alep, en Syrie. Aujourd'hui, tous deux sont restaurateurs, à Tournus, en Saône-et-Loire. L'histoire de César et Rima, pourrait ressembler à bien d'autres histoires de Syriens qui ont fui la guerre dans leur pays. Venus trouvés l'exil en France, le couple et ses deux enfants ont d'abord vécu en région parisienne, puis à Nancy et Toul avant de trouver refuger en Saône-et-Loire. 
 

Le 28 décembre 2016, César et Rima ont vécu le premier jour du reste de leur vie. Ils ont ouvert leur restaurant de spécialités syriennes. En cuisine, César prépare taboulé, baba ghanouj, falalel, chawarma et autre knafeh qui composent la carte. Sa femme Rima assure le service en salle.




Près de six ans après son arrivée, le couple ne regrette rien. Même si les débuts ont été difficiles. "Au début on a eu un peu de regret car on n'avait pas une situation stable ici " expose Rima. Elle confit ne pas s'être sentie très à l'aise "le temps que l'on fasse les papiers". Mais poursuit : " C'était le début de la guerre, on ne pouvait plus rester là-bas pour le futur de nos enfants " . 
 

"Ce n'est pas juste pour vivre, c'est aussi pour la France, pour le pays où je vis"


Donner un futur à leurs jumeaux, aujourd'hui âgés de sept ans, c'est le crédo que se sont fixés les trentenaires depuis leur départ d'Alep. Tout au long de leur parcours, ils ont été aidés par des associations, des particuliers ou des paroisses. Pour trouver refuge à Tournus, ou pour trouver un restaurant... rue de la république. Une annonce d'un restaurant à céder découverte sur internet. Les anciens propriétaires souhaitaient que les repreneurs soient des personnes dans le besoin, à la recherche d'un travail.

Un soutien important que souligne César : " Les gens à Tournus sont très gentils, ils nous aident beaucoup. "


Alors, le couple souhaite franchir un nouveau pas. Et obtenir la nationalité française. Leur demande de naturalisation est en cours, même si la procédure a été repoussée de 6 mois en raison du confinement. Depuis 4 ans, en cuisine ou en salle, le couple explique travailler "13 heures par jour". "Je ne pourrais pas faire ça dans un pays qui ne m’accueille pas, où je ne me sens pas à l'aise, explique Rima. Ce n'est pas juste pour vivre, c'est aussi pour la France, pour le pays où je vis. Je suis très à l'aise ici. Maintenant je peux dire que la France est mon pays. César renchérit : " La France m'a donné beaucoup, je voudrais donner encore plus à la France " .


Le reportage de Sylvain Bouillot, Christophe Gaillard, Samuel Verrier et Philippe Sabatier :
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
retour sur l'actu rétro réfugiés société gastronomie cuisine