• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Alstom/Siemens : pour Bruno Le Maire, le rejet de la fusion est une “erreur politique”

Le ministre des Finances Bruno Le Maire a reproché  à la commissaire européenne Margrethe Vestager son rejet de la fusion ferroviaire entre Alstom et Siemens, qualifiant sa décision "d'erreur politique et économique". 

Par Amandine Plougoulm

Le ministre des Finances Bruno Le Maire, a reproché ce lundi à la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager son rejet de la fusion ferroviaire entre Alstom et Siemens, qualifiant sa décision « d'erreur politique et économique ».

 

" Un échec européen" 

Bruxelles avait mis son veto, début février, à la fusion entre le français Alstom et l'allemand Siemens  pour faire face à la concurrence chinoise. La commissaire européenne  avait estimé que ce mariage était néfaste pour les 26 autres pays européens, en concurrence sur le marché ferroviaire de l'UE. 

"C'est un échec européen de ne pas avoir été capable de créer des champions dans le secteur industriel et plus particulièrement dans le numérique", a regretté M. Le Maire lors d'une  conférence de la Banque de France. 

Volonté de réformer les règles de la concurrence 

"Nous devons ouvrir les yeux et regarder la réalité économique", s'est-il emporté.  La commissaire aura l'occasion de lui répondre publiquement lorsqu'elle prendra la parole en début d'après-midi à la Banque de France.

Dans son discours, le ministre a plaidé à nouveau pour une réforme des règles de la concurrence dans l'UE, comme il l'avait déjà fait avec le ministre allemand de l'Economie, Peter Altmaier, après le refus de la fusion. Tous deux avaient soutenu l'introduction d'un droit de recours du Conseil (qui représente les 28 Etats membres de l'Union) qui permettrait de remettre en cause une décision de la Commission européenne en matière de concurrence.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Canicule : la récolte du cassis en péril après les fortes chaleurs

Les + Lus