L’enseigne Liberty Gym se désolidarise de son président fondateur Patrick Boillin

Face au succès des salle de cross training, les chaînes de salles de gym s'adaptent et ouvrent aussi ce type de structures. C'est le cas de Liberty Gym et C. Box rue Edison à Besançon. / © France3 Franche Comté / Fabienne Le Moing
Face au succès des salle de cross training, les chaînes de salles de gym s'adaptent et ouvrent aussi ce type de structures. C'est le cas de Liberty Gym et C. Box rue Edison à Besançon. / © France3 Franche Comté / Fabienne Le Moing

Dans un communiqué de presse, Liberty Gym défend ses salles de sport et explique que l’affaire de fraude fiscale ne concerne que la personne physique de M.Boillin et non sa personne morale ou ses entreprises.

Par Vanessa Hirson


« En aucun cas la Franchise Liberty GYM n’est impactée ». Dans un communiqué de presse d’une page, l’enseigne affirme son soutien à tous les gérants des salles de sport Liberty Gym et se désolidarise clairement de son PDG. « Les franchisés ayant un club sous l’enseigne Liberty GYM sont gérants indépendants de leur propre entreprise, leurs activités et clubs ne sont aucunement atteints. Aucune fermeture de club n’est prévue, les clubs Liberty GYM continuent d’offrir aux adhérents des services de qualité, comme cela a toujours été fait. L’enquête est en cours, nous laissons les autorités compétentes poursuivre leur travail. L’enseigne Liberty GYM continue son activité et son développement ».


Patrick Boillin, le président fondateur de Liberty Gym, a été placé en détention provisoire dans le cadre d’une enquête pour fraude fiscale aggravée.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus