• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

L'instant champignons : l'amanite phalloïde

© Jean-Michel Bohé - France 3 Franche-Comté
© Jean-Michel Bohé - France 3 Franche-Comté

L’automne bat son plein et les champignons recommencent à tapisser nos forêts, mais ils ne sont pas tous comestibles. Pour vous aider à vous y retrouver voici l’instant champignons, qui met à l’honneur cette semaine l'amanite phalloïde.
 

Par Morgane Hecky

Partir à la cueillette aux champignons est une tradition automnale. On ne vous communiquera pas la liste des bons petits coins de Franche-Comté, ce serait bien trop facile! Mais avant de remplir votre panier des premiers fongus rencontrés, assurez-vous de connaître la variété de ces derniers. Certains sont toxiques, comme l'amanite phalloïde
L'instant champignons : l'amanite phalloïde
 

Le chapeau de la mort

Chaque année des décès liés à l'ingestion de champignons ont lieu, et l'amanite phalloïde remporte la palme des accidents mortels. Un seul champignon est assez puissant pour provoquer une intoxication grave. On le nomme également death cap, chapeau de la mort en anglais. 

Comment la reconnaître

L'amanite phalloïde évolue en un grand nombre de formes, qui sont à connaître pour éviter tout danger. Sous sa forme jeune ce champignon ressemble à un oeuf et pourrait être confondu avec des vesses de loup, ou avec des champignons blancs comme la psalliote des bois ou le tricholome colombette.
On la trouve à l'automne et on la reconnaît à son chapeau de couleur vert grisâtre, ainsi qu'à son anneau qui s'ouvre et dévoile des lamelles blanches.

Vous l'avez compris, nous ne vous proposerons pas de recette. Partagez plutôt un petit moment musical en compagnie du dolois Hubert-Félix Thiéfaine et son titre Sweet Amanite Phalloïde Queen

Informations utiles

En France un quart des forêts sont gérées par l’ONF. Les trois quarts restantes appartiennent à des particuliers, et en principe il faut solliciter l'autorisation du propriétaire pour partir à la cueillette.

  • Le ramassage non autorisé est puni d'une amende pouvant aller jusqu'à 150 euros.
  • Si le ramassage est supérieur à 5 litres, l'amende peut aller jusqu'à 750 euros (Code forestier, art. R.331-2).

Sur le même sujet

Château du Clos de Vougeot : l'hologramme d'un moine cellerier

Les + Lus