Skier malgré son handicap, un plaisir rendu possible à Métabief par les bénévoles d’Apach’Evasion

Publié le Mis à jour le
Écrit par Toky Nirhy-Lanto (avec Marine Candel)

Les vacances d’hiver sont l’occasion d’aller skier. Une activité sportive difficile lorsqu’on souffre d’un handicap moteur, mental, ou sensoriel. Dans le Doubs, à Métabief, la structure Apach'Evasion s’est créée il y a 15 ans pour permettre à tout le monde de profiter de ces sports de glisse.

Et si on allait skier, cet hiver ? Cette question peut vous paraître évidente. Pour les personnes en situation d’handicap, elle l’est un peu moins. Objectif de l'association Apach’Evasion : rendre accessible à ce public les sports tels que le ski. Des personnes valides volontaires permettent à tous quel que soit le handicap de pouvoir profiter des sports d’hiver.

Il y a une section à partir de la 4ème où on nous apprend à piloter des fauteuils, à faire du tandem en vélo et plein d’activités avec les camarades du collège qui sont en section handisport. Ça donne envie de continuer au lycée plus tard !

Augustine Fassenet

Bénévole de l'association Apach'Evasion

Le ski réellement accessible à tous

« Ce qui me tient à coeur là, c'est qu'ils pratiquent en groupe. Nous voulons qu'ils retrouvent le plaisir que nous avons de faire du ski avec les copains. Ici, la diversification permet de pratiquer ensemble dans son propre degré d'autonomie », clame Cédric Siron, le président de l’association Apach’Evasion. Pour permettre de réaliser ce rêve, l’association n’a pas hésité sur les moyens.

Au pied des pistes, il y a ce groupe d'enfants. Ils sont heureux de pouvoir enfin goûter aux joies de ce sport d'hiver. Le groupe a le droit à des skis un peu spéciaux, adaptés à leurs handicaps. Ils sont bien harnachés et chaudement emmitouflés. Une fois les tenues bien enfilées et les équipements installés, direction le télésiège.

C'est parti pour une après-midi de glisse ! Parmi les skieurs d'un jour, il y a Julian Kitzmiller. Ce jeune homme de 20 ans souffre d'un trouble moteur. Il utilise un kart-ski, qu'il actionne avec ses bras et lui permet d'être autonome. « J'en fais depuis 10 ans et j'adore ça », s’exclame le sportif. Même s’il admet toutefois que ses débuts étaient difficiles : « au début c'est hyper impressionnant, et après on s'y fait quand on est bien entraîné ».

Des accompagnateurs dévoués

Pour les autres enfants du groupe, c’est ski tandem. Ils sont donc accompagnés de bénévoles comme Augustine Fassenet. Une activité nouvelle pour cette jeune fille de 15 ans. Elle indique avoir appris à piloter cet hiver. « En fait, c’est au collège que j’ai pu être sensibilisée. Il y a une section à partir de la 4ème où on nous apprend à piloter des fauteuils, à faire du tandem en vélo et plein d’activités avec les camarades du collège qui sont en section handisport. Ça donne envie de continuer au lycée plus tard ! », se souvient Augustine.

Cet accompagnement porte ses fruits : chaque année, ce sont entre 600 et 800 enfants qui peuvent s’amuser sur les pistes. Pour une séance d'une heure, il faut compter 40 euros, matériel et guide compris.