• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Gilets jaunes : pour Jean-Baptiste Lemoyne, on est sur la voie d’une “forme de totalitarisme”

Jean-Baptiste Lemoyne, le Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères / © Frédéric Dugit / MAXPPP
Jean-Baptiste Lemoyne, le Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères / © Frédéric Dugit / MAXPPP

"On est sur la voie d'une forme de totalitarisme qui ne dit pas son nom et c'est très inquiétant", a déclaré le Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères. "Il y a un moment où pour dialoguer il faut être deux", ajoute l’ex-sénateur LR de l’Yonne.
 

Par avec AFP

Jean-Baptiste Lemoyne a rendu visite aux participants du congrès national de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) mardi 4 décembre 2018. Il a évoqué notamment la crise des "gilets jaunes" qui secoue la France depuis trois semaines.


"Les professionnels que vous représentez souffrent de manière directe de cet embrasement de violence, dont Paris et plusieurs autres villes ont été victimes. Les baisses de chiffre d'affaires des restaurants et des réservations hôtelières sont préoccupantes", a dit le Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères.

"Condamner les violences ne suffit pas. Le rétablissement de l'ordre sera notre priorité", a ajouté le membre du gouvernement.

 

 

Jean-Baptiste Lemoyne se dit "un peu halluciné"


"On voit que ce mouvement n'est pas structuré. Et moi, j'avoue être un peu halluciné, y compris par les menaces que subissent un certain nombre" de ses membres.

"Il y a un moment où pour dialoguer il faut être deux. Donc moi j'en appelle aussi à la responsabilité. Et au fait que, désormais, on a montré qu'on voulait rentrer dans cette logique-là. Et je pense qu'au sein des "gilets jaunes" cette voie doit être entendue", a conclu Jean-Baptiste Lemoyne.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : des lycéens s'agenouillent en soutien à ceux interpellés à Mantes-la-Jolie

Les + Lus