Haute-Saône : l'agriculture bio, la preuve par l'exemple

Les agriculteurs bio de Haute-Saône sont proches de l’objectif gouvernemental. D’ici 2022, 15% des surfaces agricoles devront être converties en bio. Rencontre avec des exploitants qui ont prouvé que préservation de l’environnement et rentabilité économique étaient compatibles.

Ismaël Mougin du GAEC d'Argirey à Villers-Pater en Haute-Saône
Ismaël Mougin du GAEC d'Argirey à Villers-Pater en Haute-Saône
Que leur exploitation soit en bio depuis dix ans, cinq ans ou encore en conversion, les agriculteurs que nous avons rencontrés partagent une exigence professionnelle. Formation continue, remise en question permanente, partage des connaissances, ces agriculteurs sont en mouvement.
Le salon bio Tech&Bio à Villers-Pater en Haute-Saône
Le salon bio Tech&Bio à Villers-Pater en Haute-Saône © L.Brocard France Télévisions
Le salon Tech&Bio a été créé par la Chambre d’agriculture de la Drôme en 2007. L’objectif est de proposer aux agriculteurs des « démonstrations sur le terrain, des témoignages d’agriculteurs et d’entreprises et des visites d’exploitations » pour les aider au quotidien sur leur exploitation. Ce salon a lieu un an sur deux. L’autre année, il se déplace dans les régions. Pour la première fois, Tech&Bio a eu lieu en Haute-Saône avec un focus sur l’élevage.

LA PREUVE PAR L’EXEMPLE

Chapeau de paille rivé sur la tête, Mickaël Grevillot n’a guère eu une minute à lui pendant ces deux journées de salon professionnel. Avec ses collègues de la chambre d’agriculture de Haute-Saône, ils ont organisé des débats, des ateliers, des rencontres avec des vétérinaires, des spécialistes de l’INRAE (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) ou d’autres instituts agricoles. Et surtout avec des agriculteurs qui peuvent expliquer concrètement leurs expériences.
Aurélie et Daniel Paulien de la ferme des Denaises
Aurélie et Daniel Paulien de la ferme des Denaises © L.Brocard-France Télévisions
Aurélie et Daniel Paulien sont venus témoigner de leur expérience. Cela fait 5 ans qu’ils ont converti leur exploitation en bio. Installés à Battrans, près de Gray en Haute-Saône, vous allez découvrir dans ce premier épisode de notre feuilleton comment ils ont radicalement changé leurs pratiques sur la ferme des Denaises. Ils sont passés du zéro pâturage à la sortie du troupeau dans les près dès que possible. C’est aussi parce qu’ils avaient 20 hectares de pâture disponible autour de l’étable qu’ils ont pu se convertir au bio.
Agriculture bio, la preuve par l’exemple 1/4 ©Un reportage d'Isabelle Brunnarius, Laurent Brocard, Joé Gutleben, Sébastian Linozzi et Mehdi Bensmaïl Avec Daniel Paulien, agriculteur à La ferme Les Denaises, Aurélie Paulien, agricultrice à La ferme Les Denaises, Photos Juan Robert
Résultat : un bien-être au travail et une rentabilité améliorée. Si le prix de vente du lait a augmenté de 30%, il faut surtout souligner l’amélioration de la marge brute de la production laitière. Elle a doublé.
En passant en bio, le couple supprimé l’ensilage de maïs pour ne plus avoir à compléter avec les 100 tonnes de tourteaux qu’ils devaient acheter. En 2003, le tourteau coûtait 100 euros la tonne et en 2015, il était passé à 250 euros la tonne. Aujourd’hui, le coût alimentaire pour 1000 litres de lait est inférieur à 100 euros.
L’alimentation des vaches a changé, elles sont maintenant nourries par du fourrage riche en protéines et légumineuses plantés par Daniel Paulien. Il fabrique également un concentré riche en  énergie à partir de ses récoltes. La productivité de son troupeau est en moyenne de 8000 l/vache/an de lait.
Encore une petite précision pour compléter le reportage et comprendre la richesse du sol des surfaces cultivées par Aurélie et Daniel Paulien : ils ont comptabilisé dans leurs sols 2 tonnes 5 de vers de terre à l’hectare contre 300 à 500 kilos/ha pour des terres labourées.

INNOVATION, REMISE EN CAUSE, PRISE DE RISQUE …

Pour organiser un salon Tech&Bio, il faut trouver les exploitants qui acceptent que pendant deux jours, des milliers de personnes viennent piétiner vos champs, visiter vos installations… Connue pour sa tradition d’accueil, la famille Mougin de Villers-Pater a dit Banco !
Les quatre associés du Gaec d'Argirey : Laurent Poisot, Nicolas, Mickaël et Ismaël Mougin
Les quatre associés du Gaec d'Argirey : Laurent Poisot, Nicolas, Mickaël et Ismaël Mougin © IB
Le GAEC d’Argirey a maintenant du recul sur sa conversion en Bio, elle remonte à 2009. C’est devenue une « ferme de référence », c’est-à-dire que les exploitants participent à des groupes d’échanges et mettent sur la table tous les résultats de leur exploitation. Un partage d’expérience qui peut aider ceux qui veulent se convertir en bio.  
Les quatre associés (Ismaël, Nicolas, Mickaël Mougin et Laurent Poisot) ont chacun leurs spécialités. Voici l’histoire de ce GAEC.
Agriculture bio, la preuve par l’exemple 2/4 ©Un reportage d'Isabelle Brunnarius, Laurent Brocard, Joé Gutleben, Sébastian Linozzi et Mehdi Bensmaïl Avec Mickaël Grevillot, conseiller en bio à la chambre d'agriculture de Haute-Saône, Ismaël Mougin, Nicolas Mougin et Laurent Poisot, GAEC...
Leur plus grande fierté est de pouvoir vivre correctement à quatre sur une exploitation de 300 hectares et 110 vaches laitières. Ils attachent de l’importance au 3e pilier du développement durable : l’aspect humain du travail.


LA BIO, UN ATOUT POUR TRANSMETTRE SON EXPLOITATION

Direction Boursières, un village à l’Est de Vesoul. C’est là que Nicolas Blanc a son exploitation en polyculture élevage. Un type de ferme assez répandue et idéale pour passer en bio.
Nicolas Blanc de la ferme des Lochères
Nicolas Blanc de la ferme des Lochères © IB
Les cultures permettent d’être autonome pour nourrir le troupeau et les effluents d’élevage sont utilisés comme engrais dans les sols. La ferme des Lochères est en conversion bio depuis mai 2019. Les premières ventes de céréales bio auront lieu en 2022. Pour Nicolas Blanc, le passage en bio de son exploitation coule de source. Depuis longtemps, il soigne son troupeau grâce à la médecine alternative. La suite de l’histoire vous pouvez la découvrir dans ce troisième épisode.
Agriculture bio, la preuve par l’exemple 3/4 ©Un reportage d'Isabelle Brunnarius, Laurent Brocard, Joé Gutleben, Sébastian Linozzi et Mehdi Bensmaïl. Avec Nicolas Blanc, agriculteur à la Ferme des Lochères, et Bastien Blanc, agriculteur et fils de Nicolas Blanc
En passant en bio, Nicolas Blanc estime que la production de ses vaches laitières va passer de plus de 9000 litres/vache/an à 7500 litres/vache/an. L’agriculteur modifie ses cultures. Avant sa conversion, il vendait les récoltes de céréales faites sur 70 hectares. Une fois la conversion réalisée, il pense ne vendre que les récoltes de 18 hectares de blé et du seigle.
Ensilage sur la ferme des Lochères
Ensilage sur la ferme des Lochères © L.Brocard - Francetv
L’éleveur augmente sa surface de pâturage de 25 hectares. Il conserve ses récoltes de maïs pour nourrir son troupeau.
Nicolas Blanc va livrer son lait bio à la fromagerie Milleret de Charcenne, mais l’entreprise vient de cesser l’augmentation de sa collecte de lait bio, car ses ventes de fromage bio stagnent.

QUELS DEBOUCHES ? QUELLES FILIERES POUR LA BIO ?

La consommation des produits bio est en progression constante comme le souligne les chiffres de l’Agence Française pour le Développement et la Promotion de l'Agriculture Biologique.
© L'Agence Bio
En Bourgogne-Franche-Comté, la progression des conversions des exploitations agricoles en bio se poursuit. Voici l’évolution en Haute-Saône :
Entre l’utopie revendiquée comme telle du groupement de producteurs Biolait qui militent pour le passage en bio de tous les producteurs de lait et le raisonnement prudent de la fromagerie Milleret qui calque sa production à la demande des consommateurs, nous avons pu observer différentes stratégies de développement de la filière Bio. C’est le thème de ce dernier épisode :
Agriculture bio, la preuve par l’exemple 4/4 ©Un reportage d'Isabelle Brunnarius, Laurent Brocard, Joé Gutleben, Sébastian Linozzi et Mehdi Bensmaïl. Avec Paul Bignon, responsable filière bio de la Minoterie Dornier, Thierry Martin, directeur général et la fromagerie Milleret, Rémi...
Quant à la minoterie Dornier, basée dans le Doubs et présente sur le salon Tech&Bio, elle mise sur le bio depuis les années 70. Pour trouver des débouchés à la production de céréales bio, l’entreprise développe une politique de filière. Depuis 2017, des céréales bio de Franche-Comté sont transformées en alimentation pour poulets élevés sur place puis transformés et commercialisés par l’Adapei du château d’Uzel.

Lors de ces deux jours de salon Tech&Bio, un des moments les plus symboliques a été la remise de prix aux exploitations bio les plus rentables de chaque département. Pour être le plus juste possible, le prix de vente du lait n’a pas été un critère. « L’objectif premier de ce concours est de montrer la technicité, le savoir-faire et in fine la rentabilité des élevages laitiers bio de la région » précise le communiqué du salon. Elodie Fayel, responsable de la filière bio à la chambre régionale d’agriculture était l’invité d’Aude Sillans dans le JT du 10 septembre dernier. Lors de ce Jt, nous avions aussi diffusé le reportage tourné sur l’exploitation de Laurent Dodane. Un agriculteur aussi discret qu’efficace. Son exploitation a remporté le prix départemental et le prix régional.Avec Laurent Dodane, agriculteur en bio et Mickaël Grevillot, conseiller en bio à la chambre d'agriculture de Haute-Saône. Reportage avec Laurent Brocard, Joe Gutleben et Stéphanie Chevallier.
Installé à Marloz, près de Rioz en Haute-Saône, il a repris l’exploitation de ses parents alors qu’il avait entamé une carrière de carrossier. Maîtrise de la reproduction, qualité et quantité de lait, autonomie du système étaient les principaux critères pour décerner ces prix d’un nouveau genre. Ce sont les résultats de l’exploitation et non la physionomie d’une vache qui font la différence.    
Interviewé à l’issue de la remise des prix, Laurent Dodane avait la victoire modeste. Comme pour éviter le feu des projecteurs, il remerciait ses vaches pour leur travail fourni. Et à propos de sa vocation tardive, l’exploitant remarquait qu’il ne s’était intéressé que tardivement à l’exploitation familiale ce qui lui avait permis de ne pas prendre de mauvaises habitudes. Le bio s’est imposée à lui naturellement en fonction de ses convictions et de tout ce qu’il avait appris par lui-même.
Laurent Dodane, agriculteur à Marloz
Laurent Dodane, agriculteur à Marloz © L.Brocard -France tv

Lors de toutes ces rencontres faites à l’occasion de ce salon Tech&Bio, j’ai rencontré des agriculteurs heureux dans leur travail et qui disent bien gagner leur vie. Mais travailler en bio est loin d’être un long fleuve tranquille. Ces hommes et ses femmes passent beaucoup de temps à se former, à s’interroger sur leurs pratiques et à se remettre en cause régulièrement.  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture bio agriculture économie agro-alimentaire le feuilleton à l'antenne vos rendez-vous