CARTE. Haute-Saône : voici les 438 km de routes qui vont repasser à 90km/h dans le département

Le président du conseil départemental de Haute-Saône Yves Krattinger annonce ce vendredi 10 septembre, un relèvement de la vitesse sur une partie de routes du département. Une mesure qui devrait intervenir prochainement.
Plusieurs départements ont acté un retour aux 90km/h sur les routes les moins accidentogènes.
Plusieurs départements ont acté un retour aux 90km/h sur les routes les moins accidentogènes. © ERIC THIEBAUT / MAXPPP
Cms-ContentHasMedia_14369044

11 km de routes à 110 km/h, 438 km de routes à 90 km/h, et la majorité 2958 km à 80 km/h, voici la configuration prochaine qui attend les automobilistes roulant Haute-Saône. Ne chercher pas d'autoroute, pour pousser à 130 km/h. Il n'y en a pas !

"Conformément à l’engagement que j’ai pris devant les élus et les haut-saônois, j’ai souhaité que l’Assemblée départementale débatte de la possibilité et des conditions d’un retour très prochain à la vitesse maximale autorisée (VMA) de 90 km/h sur la partie de notre réseau routier présentant une configuration adaptée à une telle mesure” explique dans un communiqué le Président Yves Krattinger réélu en juin 2021 pour un nouveau mandat.

Quels sont les axes concernés par ce retour au 90 km/h ?

La RD 474, entre Noidans-lès-Vesoul et Ancier (Vesoul-Gray) est concernée dans sa totalité, sur près de 50 km, tout comme la liaison entre Gray et la Côte d’Or sur 11 km. Les autres portions de routes qui vont remonter en vitesse autorisée sont principalement:

la RD 67 entre Champlitte et Marnay sur 55,7 km

la RD 9 entre Quincey et Couthenans sur 45 km

la RD 457 entre Vallerois-Lorioz et Noidans-lès-Vesoul sur 4 km

la RD 64 entre Magnoncourt et Fougerolles sur 8,5 km

la RD 70 entre Dampierre-sur-Salon et Combeaufontaine sur 23 km

Pourquoi certaines routes et pas d’autres ? 

Le conseil départemental a conduit une analyse pour prendre sa décision. Les critères pris en compte sont “le confort dynamique des véhicules (la stabilité de ces derniers), la largeur de la chaussée de la route, le concept de « route qui pardonne » (permettant des manœuvres de récupération pour les véhicules déviant de leur trajectoire), les distances de visibilité, l’homogénéité de l’itinéraire et la nature du trafic circulant sur l’itinéraire. ”La commission départementale de la sécurité routière a également rendu son avis sur la base d’une étude d’accidentalité portant sur chacune des sections de route concernées et dont il ressort que les facteurs cumulés « alcool, stupéfiants et distracteurs » restent très prépondérants dans l’accidentalité en Haute-Saône, par rapport au seul facteur vitesse.

Depuis 2018, le nombre de tués a évolué de la façon suivante

2017 : 33 morts, 157 blessés

2018 : 17 morts, 130 blessés

2019 : 16 morts, 146 blessés

2020 : 19 morts, et 116 blessés

En 2018, le gouvernement avait fait le choix de réduire la vitesse à 80 km/h sur les routes hors  n’ayant pas de séparateur de chaussée. La mesure entrée en vigueur le 1er juillet 2018 reste en place, mais dans le cadre de la Loi d'Orientation des Mobilités (LOM), il existe la possibilité pour les présidents de Conseil Départemental, maires ou présidents d'intercommunalités, de déroger au 80 km/h et remonter la limitation de vitesse à 90 km/h.

Le Jura a choisi cette option et relevé dès septembre 2020 la vitesse sur une partie de ses routes, soit 300 km. Le Doubs a préféré le statu-quo.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière sécurité société transports économie