Covid-19 : “Je n’ai rien senti”, en Haute-Saône les premiers soignants se font vacciner

La vaccination contre le coronavirus Covid-19 est lancée. Le groupe hospitalier de Haute-Saône a procédé à près de 80 vaccinations ce jeudi 7 janvier dans un Ehpad de Lure.

La vaccination des soignants débute en Franche-Comté comme dans cet Ehpad de Haute-Saône.
La vaccination des soignants débute en Franche-Comté comme dans cet Ehpad de Haute-Saône. © Fabienne Le Moing - France Télévisions

Le geste dure à peine quelques secondes. Dans l’Ehpad du Mont Chatel à Lure, une trentaine de soignants volontaires de plus de 50 ans, ou jugés à risque ont été vaccinés contre le covid après une consultation pré vaccinale. “Cette visite a pour but d’écarter les contre indications, les allergies, tout ce qui pourrait faire qu’on ne vaccine pas, ou qu’on ne vaccine pas aujourd’hui” explique Christophe Cano, médecin gériatre. Si le soignant a eu le Covid il y a moins de trois mois, s’il a été vacciné contre la grippe il y a moins de trois semaines, la vaccination est reportée.

“Je suis volontaire pour ce vaccin pour protéger les résidents, ma famille et les gens autour de moi” explique une soignante qui vient de se faire injecter la première dose du vaccin. “Je pense qu’il n’y a que la vaccination qui nous fera sortir de cette pandémie, je pense que le vaccin, c’est la meilleure solution” estime-t-elle.

Le médecin gériatre de cet Ehpad a symboliquement été l’un des premiers à se faire vacciner devant notre caméra. “J’attendais l’arrivée du vaccin avec impatience, pour moi et pas que pour moi. C’est une valeur d’exemplarité, c’est important que le personnel, que les familles voient que c’est un vaccin que nous attendons avec impatience” ajoute le médecin.

Le vaccin contre le covid s'injecte en deux doses, à 21 jours d'écart.
Le vaccin contre le covid s'injecte en deux doses, à 21 jours d'écart. © Fabienne Le Moing - France Télévisions

Du côté des résidents, une quarantaine d’entre eux ont donné leur consentement à la vaccination. Un fort taux de participation, estime le médecin. “Sur Luxeuil-les-Bains, il y a aura moins de vaccination ces prochaines heures, car Luxeuil a beaucoup été touché par la seconde vague et il faudra attendre un délai de trois mois” précise Christophe Cano, médecin gériatre.

Une deuxième injection du vaccin sera réalisée dans les 21 jours. Au bout de 15 jours, les anticorps sont déjà efficaces à 50%. 8 à 10 jours après l’injection de la seconde dose, le vaccin protège à 95% la personne vaccinée, rappelle le médecin Christophe Cano. 

 

La vaccination débute dans les hôpitaux de Franche-Comté

A Besançon, le CHU a débuté les approvisionnements de 27 Ephad du territoire Centre Franche-Comté pour permettre la vaccination de leurs résidents et de leurs personnels. Les premières doses ont été acheminées le 6 janvier.

La campagne de vaccination a également démarré le 7 janvier pour les personnels du CHU, quel que soit leur statut, grade ou fonction. Dans un premier temps, conformément aux priorités nationales, elle concerne plus de 1500 professionnels âgés de plus de 50 ans ou porteurs d’une comorbidité à risque de forme grave de Covid-19.

Le centre de vaccination du CHU sera également accessible aux professionnels de santé libéraux qui le souhaitent, dans l’attente de l’ouverture imminente du centre de vaccination mis en place par la Ville de Besançon et l’ARS Bourgogne Franche-Comté et localisé au Gymnase Résal.

A Trévenans, Dole, Vesoul, Lons-le-Saunier, la vaccination des personnels soignants débutent dans les hôpitaux. 5 centres de vaccination de ville ont été mis en place également par l’Agence Régionale de Santé dans les 4 départements de Franche-Comté encore très touchés par l’épidémie. D’autres vont se déployer prochainement. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société