Haute-Saône : 9 restaurants autorisés à rouvrir le midi pour les ouvriers et personnels du BTP

Une bonne nouvelle pour les ouvriers des chantiers contraints depuis plusieurs mois à manger comme ils peuvent, plusieurs restaurants ont rouverts dans le département depuis le 24 février. Voici la liste.

Image d'illustratio
Image d'illustratio © Grégory YETCHMENIZA - maxPPP

La Préfecture de la Haute-Saône vient d'autoriser, le dispositif dérogatoire permettant la réouverture des restaurants exclusivement aux entreprises du BTP pour y déjeuner le midi.

Ces restaurants sont pour l'instant au nombre de 9, les entreprises qui voudront y faire déjeuner le midi leurs salariés devront signer une convention avec le restaurant. D'autres restaurants pourraient rejoindre le dispositif. 

Le restaurant ne pourra accueillir que les artisans, chefs d’entreprise et salariés du secteur du BTP,  du lundi au vendredi midi et dans les conditions strictement définies dans la convention.

L’entreprise devra indiquer au restaurateur, au moins 24 heures à l’avance, par téléphone ou par email, le nombre et nom des personnes qui déjeuneront, l'horaire d'arrivée.

Des règles sanitaires à respecter

Dans ces restaurants qui peuvent rouvrir pour accueillir les salariés des bâtiments et travaux publics,  une distance minimale de 2 mètres sera mise en place entre les chaises occupées par chaque personne, sauf si une paroi fixe ou amovible assure une séparation physique. 4 personnes maximum pourront déjeuner à la même table.

Le port du masque sera obligatoire pour le personnel des établissements et les personnes accueillies jusqu'à l'arrivée du premier plat, entre chaque plat, ainsi que lors de tout déplacement au sein de l’établissement.

Comme dans les restaurants avant leur fermeture, un cahier sera mis en place pour noter l'identité des clients (entreprise, nom, prénom, numéro de téléphone, heure d’arrivée, heure de départ). En cas de cas de Covid-19, ce cahier permettra d'identifier les possibles cas contacts. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie