Vaccination covid dans les collèges et lycées : elle débute dans l'académie de Besançon, à Luxeuil-les-Bains

L'heure de la rentrée à peine sonnée, des équipes de vaccination vont aller à la rencontre des jeunes dans les établissements scolaires de France. En Bourgogne-Franche-Comté, jeudi 3 septembre, une première équipe de vaccination mobile entrera en action au lycée Lumière de Luxeuil en Haute-Saône.
La vaccination covid débute dans les établissements scolaires. Image d'illustration.
La vaccination covid débute dans les établissements scolaires. Image d'illustration. © Francois Destoc / Le Telegramme / maxPPP

Alors que le variant Delta ou indien est toujours là, la rentrée scolaire fait craindre une hausse des contaminations dans les établissements scolaires malgré un protocole sanitaire toujours en place, mais un peu moins contraignant que les derniers mois.

Selon la volonté du ministère de la Santé en appui avec les agences régionales de santé, collèges et lycées vont contribuer à la campagne de vaccination, ouverte seulement aux plus de 12 ans. Le gouvernement a prévu d'envoyer des "équipes mobiles" dans certains établissements et d'acheminer des groupes d'élèves volontaires vers les centres de vaccination. Il sera nécessaire bien entendu pour les élèves mineurs d'avoir une autorisation parentale (un seul partent suffit) pour les moins de 16 ans, et le consentement de l'élève. Un centre de vaccination éphémère en milieu scolaire, le premier avait ouvert le 26 août  dans un lycée, à Saint-Denis de La Réunion.

Un lycée de Luxeuil-les-Bains ouvre la voie

C'est en Haute-Saône qu'auront lieu les premières vaccinations en milieu scolaire en Franche-Comté. Jeudi 3 septembre dans la matinée, 15 créneaux de vaccination seront proposés aux élèves qui le souhaitent dans le gymnase utilisé par le lycée. A J-1, 14 créneaux sont déjà réservés indique le Rectorat. "Nous allons proposer à tous les élèves en âge de se faire vacciner, au moins une première injection avant les vacances de Toussaint" précise le porte-parole du Rectorat. La vaccination sera réalisée par des personnels de santé ou des pompiers notamment en Haute-Saône. Les vaccins Pfizer et Moderna sont ceux autorisés et administrés à cette tranche d'âge 12-17 ans.

L'organisation de la vaccination en milieu scolaire pourra être la suivante. Une équipe mobile de vaccination sera déployée dans un salle dédiée à l'intérieur de l'établissement. Dans le Nord Franche-Comté, le vaccinobus de l'Agence Régionale de Santé stationnera devant les établissements. Enfin dans certains établissements, les élèves candidats à la vaccination pourront être acheminés vers un grand centre de vaccination s'il se trouve à moins de 15 minutes à pied de l'établissement.

Dès la semaine du 6 septembre, plusieurs établissements vont bénéficier de ces vaccinations pour les adolescents, et les enseignants qui souhaiteraient encore se faire vacciner. Ce sera le cas à Belfort Follereau, Notre Dame des Anges ou Condorcet. Dans le Doubs, le collège Lumière de Besançon, l'établissement Langevin à Etupes, ou Armand Peugeot à Valentigney seront concernés. Idem dans le Jura avec une vaccination possible au collège du plateau, à Rouget de Lisle à Lons-le-Saunier, collège de l'Arc à Dole. En Haute-Saône, ce sera le cas également à Luxembourg à Vesoul, lycée Fertet à Gray ou Pasteur à Jussey.

De nouveaux créneaux seront proposés au fur et à mesure des demandes, sachant que 70% des 12-17 ans ont reçu au moins une dose, indique le Rectorat.
 

Renforcer la vaccination chez les jeunes

Environ 60% des adolescents et 89% des enseignants sont vaccinés en France, selon le ministre de l'éducation Jean-Michel Blanquer.

En Bourgogne-Franche-Comté, du 23 au 29 août, le taux d'incidence (nombre de nouveaux cas pour 100.000 habitants) était de 206 pour la tranche des 10-19 ans. Ce taux est tous âges confondus de 110 dans la région. La tension hospitalière est à 19%. Au 1er septembre, 38 personnes sont en réanimation, 193 sont hospitalisées pour des formes graves de covid-19. 

Maintenir les classes ouvertes, durcir le protocole sanitaire si besoin

En cette rentrée, les élèves et enseignants sont toujours contraints de porter le masque. Un cas de Covid-19 dans une classe en primaire entraînera une fermeture, comme en juin. En cas de contamination au collège ou au lycée, seuls les élèves cas contacts qui ne sont pas vaccinés devront s'isoler une semaine. "Il est possible qu'il y ait une augmentation des contaminations", a averti le ministre Blanquer. Cela pourrait entraîner un durcissement du protocole sanitaire dans les écoles, avec une limitation plus stricte du brassage des élèves ou la mise en place d'une jauge limitant le nombre de présents en classe, à échelle locale ou nationale.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société éducation