Samuel Paty : le jeune haut-saônois de 16 ans a été mis en examen pour apologie et appel au terrorisme sur internet

Dimanche matin, vers 7h30, un jeune lycéen de 16 ans a été interpellé chez ses parents à Lure, en Haute-Saône. Il a publié sur internet des propos appelant au terrorisme, après la mort du professeur Samuel Paty. Il a été mis en examen ce 27 octobre.
 

Le mineur haut-saônois, impliqué dans des commentaires haineux postés sur internet, dont nous vous parlions ce 26 octobre, a été mis en examen par le juge d'instruction de Vesoul pour apologie et provocation à commettre un acte terroriste. Il a été placé sous contrôle judiciaire. Pour l'instant, la date de son procès n'est pas encore connue. 

Ce jeune homme de 16 ans a posté le 20 octobre dernier, quelques jours après l’assassinat de Samuel Paty, ce message sur un réseau social :

Quelconque mécréant souhaitant salir l’Islam, mérite de subir le même sort que Mr Paty, Allahua Akbar. 

Des propos remarqués par les enquêteurs numériques de la gendarmerie basés à Belfort. Il a été interpellé au domicile de ses parents dimanche matin à Lure, en Haute-Saône. Ce mardi 27 octobre, il a été présenté à un juge d'instruction. Il a été mis en examen pour apologie et provocation à commettre un acte terroriste. Il a été placé sous contrôle judiciaire, comme nous l'a indiqué Emmanuel Dupic, procureur de la République de Vesoul. 

C'est une première en Haute-Saône, comme nous l'a rappelé le Procureur, qui précise que tous les moyens judiciaires seront mis en place pour lutter contre ce genre de propos et menaces. 

Une condamnation à Besançon

Une étudiante en biologie de Besançon a été interpellée jeudi 22 octobre, par les gendarmes après avoir publié un commentaire sur les réseaux sociaux, concernant l'assassinat du professeur Samuel Paty. "Cette mort est méritée" avait-elle écrit, sous sa vraie identité, en commentaire d'un article de presse concernant l'hommage au professeur de Conflans-Sainte-Honorine, publié par nos confrères de l'Est Républicain. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
internet économie terrorisme faits divers justice société