Paris 2024. L'équipementier de Haute-Saône Abéo « Supporteur officiel » des Jeux olympiques

Plus sur le thème :

Le groupe, dont le siège social est basé en Haute-Saône, fournit tout l’équipement des épreuves de gymnastique, le mur d’escalade ainsi que les panneaux de basket pour Paris 2024. Il accède cette année au statut de « Supporteur officiel » des JO avec la marque Gymnova.

Les Jeux olympiques, Abéo les connaît bien. Présent dès les JO de Melbourne en 1956 avec sa filiale néerlandaise Janssen-Fritsen que la société avait reprise en 2015, le groupe, dont le siège social ainsi qu'une usine de production sont basés à Rioz (Haute-Saône), participera à ses 16e Jeux en juillet prochain. Et cette fois-ci à domicile, en tant que « Supporteur officiel », au travers de sa marque d’équipements gymniques, Gymnova. Une première. « Nous avons ressenti de l’émotion et de la satisfaction. Cela a été la même approche que les précédents Jeux, nous l’avons pris avec beaucoup d’humilité », reconnaît Olivier Estèves, PDG du groupe Abéo.

Vous faites une compétition, vous la gagnez, mais celle d’après, tous les compteurs sont remis à zéro et vous devez une nouvelle fois prouver que vous méritez de l’emporter.

Olivier Estèves, PDG du groupe Abéo

L'entreprise fournit également le mur d'escalade avec sa marque EP et les panneaux de basket ainsi que la structure porteuse avec Schelde. « Pour ces trois marques, c’est la reconnaissance d’une expertise, d’un savoir-faire, d’un sérieux », indique Olivier Estèves au micro de nos journalistes Éléa N’Guyen Van-Ky et Laurent Brocard. D’ici les Jeux, ce sont 70 semi-remorques de matériel qui seront acheminées à Paris, les trois sports confondus.

Qu’est-ce que le statut de « Supporteur officiel » ?

Ce statut consiste en un partenariat financier et un échange de prestations entre le Comité International Olympique (CIO) et Abéo. Concrètement, le groupe a mis un chèque sur la table pour remporter ce statut de « Supporteur officiel » dont seule la marque Gymnova fait partie. L'équipementier prête tout le matériel des épreuves de gymnastique, tel que le podium et les agrès, qu'il récupérera à la fin de l'événement. Sur le site des JO, le groupe s’occupe également de toute la mise en œuvre, l’entretien, la maintenance et le démontage.

En échange, cela lui donne la possibilité de communiquer et donc de renforcer sa visibilité. « Ce statut nous permet d’affirmer notre présence et de promouvoir la marque », affirme Olivier Estèves. Ce n’est donc pas tant dans un objectif financier que ce partenariat est bénéfique pour le groupe. Même s’il peut y avoir des retombées commerciales. « C’est très difficile d’en estimer l’impact, le marché est impossible à mesurer », assure le PDG.

16 participations aux JO à leur actif

Olivier Estèves ne cache pas que participer aux JO entraîne une répercussion commerciale. « Cela a un impact sur nos marques, notre image et donne une visibilité qui crée une dynamique de ventes. Il y a une sorte d’appel d’air autour de ces marques au niveau des années qui précèdent les Jeux et dès que la nouvelle tombe que ce sont Gymnova, Schelde et EP qui équipent les JO, nous avons des clients qui spontanément viennent nous voir pour qu’on travaille ensemble ».

Pour produire le matériel, Abéo a dû se conformer à la charte visuelle définie par l’organisation des JO. « Nous fabriquons le matériel selon les souhaits de l’organisation qui prend également l’avis des instances des sports concernés », précise le PDG du groupe.

Le groupe, dont le siège social est à Rioz (Haute-Saône), affiche un chiffre d’affaires de 248,4 millions d’euros lors de son dernier exercice clos le 31 mars 2024 dont 73% sont réalisés à l’étranger. Pour les Jeux, les équipements gymniques sont fabriqués dans l’Ain et en banlieue lilloise, le mur d’escalade en Espagne et les panneaux de basket en Hollande. À Rioz, ce sont les cabines et casiers des vestiaires de la piscine olympique qui ont été produits.

L’enjeu suivant sera les JO de Los Angeles en 2028 et nous savons que nous aurons une concurrence très féroce des Américains. Nous ne prenons jamais rien pour acquis.

Olivier Estèves, PDG du groupe Abéo

► À LIRE AUSSI : Paris 2024. "Une grande fierté" : pistolet à élastique, voiture de course... Vilac, entreprise du Jura, a créé les jouets des Jeux olympiques 2024

Abéo n’est pas la seule entreprise basée en Franche-Comté à participer aux Jeux. La société jurassienne Vilac a fabriqué la gamme de jouets officiels de l’événement. Le lunetier Julbo installé également dans le Jura a créé trois collections de lunettes de soleil.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité