Vesoul : ce que l'on sait du suicide d'un détenu ce vendredi 12 juin à la maison d'arrêt

On en sait un peu plus sur le suicide de ce détenu à la maison d'arrêt de Vesoul. Il s'agit d'un homme de 58 ans, il était écroué depuis ce jeudi 11 juin suite à une comparution immédiate. Des faits de violences et d'alcool lui étaient reprochés. 
La maison d'arrêt de Vesoul.
La maison d'arrêt de Vesoul. © Google

C'est un homme de 58 ans qui s'est donc donné la mort très tôt ce vendredi 12 juin au matin dans sa cellule à la maison d'arrêt de Vesoul. Emmanuel Dupic, le Procureur de la République de Haute-Saône précise, lors d'une conférence de presse, que l'homme avait été écroué pour différents faits. Il lui était reproché des dégradations, outrages et menaces de mort sur des forces de l'ordre. Il était également poursuivi pour conduite sous l'empire d'un état alccolique.
Il devait être jugé le 10 juillet prochain. 

 

Emmanuel Dupic, Procureur de la République de Haute-Saône
Emmanuel Dupic, Procureur de la République de Haute-Saône © DR

 

Un individu déjà connu des services de police 
 

L'homme avait été condamné pour des faits similaires à 8 reprises. Et il avait déjà été écroué à la maison d'arrêt de Vesoul.
Jeudi 11 juin, en comparution immédiate, les magistrats ont remarqué une fragilité psychologique chez le prévenu. Il a alors bénéficié d'un dispositif particulier pour son incarcération : des mesures de surveillance renforcées, 7 rondes au lieu de 4, de 20 h à 6 h du matin .
Le Procureur de la République précise : 

Aux alentours de 2h40, à la 6éme ronde, l'individu était encore en vie. C'est ce matin à 6h00 qu'il a été trouvé pendu avec les draps de sa cellule. Une lettre de 2 pages expliquant son geste a été retrouvée, l'homme l'a datée à 2h56. 

Emmanuel Dupic s'est rendu sur les lieux dans la matinée. Le Procureur a chargé le commissariat de police de Vesoul d'une enquête pour déterminer si les conditions de surveillance renforcées ont bien été respectées.
Le directeur de la maison d'arrêt et les surveillants vont être entendus.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société prison police sécurité