Banques, commerçants, écoles... Cette application alerte les professionnels en cas de danger imminent, une première en France

Publié le
Écrit par Toky Nirhy-Lanto (avec Frédéric Buridant)

La gendarmerie teste une application, à partir de ce vendredi 24 juin. Elle est destinée à avertir notamment les banques et les commerces, qui reçoivent rapidement des alertes sur leurs téléphones.

Être avertis directement de risques en cours dans le département, comme par exemple les braquages ou les vols : c'est l'objectif d'Alerte 70. Cette application a été lancée par la gendarmerie de Haute-Saône. Dès ce 24 juin, les professionnels peuvent profiter de cette expérimentation unique sur le territoire. 

Une application pour remplacer un système d'information par SMS

C’est pour l’instant un test à l’échelle d’un département, mais il importe beaucoup. Ce système d'alerte repose sur une application à télécharger sur son téléphone. Il existait auparavant une alerte par SMS depuis 2011, pour les commerçants et les agriculteurs, mais elle était considérée comme restrictive. Toutes les personnes appartenant à ces communautés professionnelles n'ont pas forcément pu en bénéficier. L'arrivée de ce dispositif représente donc un grand changement pour la gendarmerie de Haute-Saône, à l'origine de cette initiative.

« On va pouvoir expérimenter pendant une année cette application, afin de capter des communautés telles que les agriculteurs, les pharmaciens sur plusieurs sujets. C’est un dispositif qui leur permet de pouvoir nous aider, mais aussi de pouvoir faire passer des messages, comme par exemple dans les cas de disparitions de personnes ou d’enfants », explique le colonel Thierry Crampé, commandant du groupement de gendarmerie de Haute-Saône. 

Sur l’ensemble du territoire, 31 communautés ont été répertoriées. Parmi elles, 2.600 agriculteurs, 5.000 artisans ou encore 720 commerçants. Les pompiers ou encore les directeurs d'établissements scolaires sont d'autres exemples de publics visés par cette application. Soit autant de professionnels qui peuvent lancer l'alerte.

« Avec ces professions socio-professionnelles largement représentées, on s’est dit qu’on peut-être être plus efficaces en les associant à notre démarche. Nous sommes 400 gendarmes sur les 5.000km2 que compte la Haute-Saône : il n’est pas possible de capter l’ensemble des habitants de ce département », ajoute l'officier de gendarmerie. 

De l'autre côté de l'écran, ce sont les opérateurs du centre opérationnel de la gendarmerie de Haute-Saône qui traitent leurs signalements. Une fois les informations reçues, les gendarmes envoient une alerte sur l'application. Les utilisateurs reçoivent cette notification, pour laquelle ils ont plusieurs choix de réponse. Ils peuvent accuser réception du message ou encore indiquer qu'ils ont des renseignements au sujet des risques en cours. 

Une application attendue par les professionnels

Du côté des professions concernées, cette innovation est bien accueillie. Elle remplace le système en place jusqu’à présent. « Je pense qu’on va pouvoir toucher un maximum d’agriculteurs. C’est important pour les agriculteurs, car nous pouvons aider à la résolution d’un certain nombre d’affaires et notamment les vols dans les exploitations agricoles. Ce qui est aussi intéressant, c’est qu’on ait le résultat de ce qu’a donné notre contribution. Chose que nous n’avions pas avec le système des SMS », estime Thierry Chalmin.

Pour le président de la Chambre d’agriculture de la Haute-Saône, la profession constitue un maillon important dans cette chaîne de vigilance. « Les quelque 2.600 agriculteurs du département forment un maillage de gens qui sont en contact au quotidien avec la nature et qui sont en mesure d’observer des choses. Ce qui nous interpelle souvent, c’est l’inhabituel. Les transmettre à la gendarmerie, ça me paraît être une chose essentielle », ajoute le représentant agricole. 

Même accueil aussi pour les commerçants, premiers concernés par cette application. « Le plus souvent, les commerçants utilisaient le système de SMS pour signaler des faux billets ou des agressions. Cette application permet de pouvoir tout de suite signaler tout ce qui paraît suspect, d’où l’intérêt de donner tout de suite les bons signes distinctifs pour que ça soit efficace », précise Loïc Cavagnac.

Le président de l’Union départementale des commerçants, industriels et artisans de Haute-Saône loue l’accessibilité de cet outil : « On évolue sur une application aujourd’hui créé pour tous les smartphones existant sur le marché. Elle est facile à trouver et permet que le plus de monde possible en profite ».

L’application est dès maintenant disponible en ligne, uniquement pour les professionnels. Ils doivent d'abord s’inscrire puis fournir ensuite des informations sur leurs activités, pour pouvoir télécharger ce logiciel. L'outil est disponible à présent pour les téléphones Apple ou qui fonctionnent avec le système Android.