Du miel, des abeilles, un soutien pour les (futurs) apiculteurs : un pôle apicole ouvre en Haute-Saône

Un pôle apicole flambant neuf a été inauguré ce jeudi 7 mars, à Port-sur-Saône à l’ouest de Vesoul. La structure de l’organisme Vesoul Agrocampus sera un vrai plus pour cette filière de l’agriculture. Explications.

L’agriculture ça s’apprend, l’apiculture aussi. Depuis 1981, Vesoul Agrocampus enseigne l’apiculture. L’établissement public disposait d’un atelier d’un côté, de salles de cours sur Vesoul, et de deux ruchers, de 280 colonies. 


Un nouveau bâtiment plus grand vient d’être construit sur le site de Port sur Saône. Il comporte une miellerie zone de production, une chaine froide, une chaine chaude, du stockage, des bureaux et espaces pour l’enseignement, des vestiaires... 


“Ici on n'a pas à pâlir de structures professionnelles. On a vraiment du matériel de pointe, l’espace qu’il faut pour travailler. Vraiment, on pourrait se croire dans une exploitation professionnelle de pointe” explique Ludovic Dordor, de l’ADABFC, association de développement de l’apiculture en Bourgogne-Franche-Comté au micro de notre journaliste Thierry Chauffour.

Dans ce pôle apicole, un cheptel de 300 à 400 colonies d’abeilles devrait produire du miel. Avec une production de trois à 10 tonnes par an. Les ruches seront équipées de capteurs qui permettront d’analyser les productions. “Le but, c'est de se rendre compte dans un contexte donné de l’impact de l’environnement, l’impact social, ou lié aux gestes de l’apiculteur. De comprendre en quoi les pratiques agricoles influent sur la production de miel” explique Candy Cadet, référente formation au sein d’Agro Campus.

À lire aussi ► Je n'ai jamais eu un stock aussi important : délaissés par les consommateurs, les apiculteurs s'inquiètent

Une filière apicole en crise

Ce pôle apicole construit pour 2 millions d’euros voit le jour dans un contexte difficile pour la profession. Frelon asiatique, parasite du Varroa destructor, stocks de miel trop abondants face à la production étrangère….la filière n’est pas au meilleur de sa forme. La cohabitation entre apiculture et agriculture peut encore s’améliorer par de bonnes pratiques environnementales, notamment pour préserver la biodiversité qui fait la richesse d’un bon miel. 

Le pôle apicole de Haute-Saône aura aussi pour but de mieux former les apiculteurs qu’ils soient en phase d’installation, déjà professionnels ou amateurs. Le site donnera aussi la possibilité à des porteurs de projet de disposer d’installations pour démarrer leur activité de production (mise en place d’un lieu-test apicole). Il s’ouvrira également sur l’extérieur en sensibilisant un large public aux enjeux de l’apiculture et de la biodiversité, notamment les élèves de primaire. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité