En Haute-Saône, le château de Vauchoux et l'impressionnante collection du chef étoilé Jean-Michel Turin sont à vendre

Jean-Michel Turin, le chef étoilé du château de Vauchoux près de Vesoul s'est éteint dans son lit lundi 20 juillet 2020. Un an après, sa famille met en vente les meubles, la vaisselle du château et les collections de Jean-Michel Turin. La vente aux enchères se déroule du 9 au 11 juillet.
Jeudi 8 juillet, tous les objets mis en vente sont exposés
Jeudi 8 juillet, tous les objets mis en vente sont exposés © Fabienne Le Moing

Ils étaient nombreux ce jeudi 8 juillet au matin à passer les grilles du château de Vauchoux. Elles étaient restées fermées depuis le décès de son chef étoilé Jean-Michel Turin. Mais il n’est plus. Le château est à vendre avec tout ce qui le compose. Ce jeudi 8 juillet, les objets étaient exposés au public.

Le château de Vauchoux au nord ouest de Vesoul est à vendre.
Le château de Vauchoux au nord ouest de Vesoul est à vendre. © Fabienne le Moing - France TV

Le chef étoilé avait acheté cet ancien pavillon de chasse de Louis XV datant du XVIIIe siècle fin 1973. Jean-Michel Turin avait alors 28 ans et sa femme Franceline, 25 ans. Ils avaient déjà à leur côté Caroline, la première de leurs deux enfants âgée alors de 5 ans. Ils se sont lancés dans une belle aventure.

J’ai tout de suite aimé la propriété. J’adore les parcs et mon mari le savait. C’est le plus beau cadeau qu’il m’ait fait. C’était un lieu de bonheur.

Francine Turin

 

La vaisselle a été exposée dans la salle de restauration
La vaisselle a été exposée dans la salle de restauration © Fabienne Le Moing

Alors que Jean-Michel Turin était aux fourneaux, Francine accueillait les clients, les plaçait, prenait les commandes, conseillait les vins qui s’allieraient aux plats de son mari. Un véritable travail d’équipe.

Son mari disait que la réussite de leur entreprise tenait à 52% grâce à Francine et à 48% grâce à lui.

La photo du chef vous accueille en cuisine
La photo du chef vous accueille en cuisine © Fabienne Le Moing

Jean-Michel Turin obtient l’étoile Michelin en 1980. A part deux années durant lesquels il l’a perdue, il l’aura gardée jusqu’à son dernier souffle, ne relâchant jamais ses efforts pour régaler les papilles de ses clients.

De cet homme, ses anciens clients et amis se souviennent avec émotion de sa grande générosité sans limite, faisant s’étirer la durée du repas. Jean-Michel Turin voulant leur faire goûter tel ou tel mets. Appréciant que ses clients savourent sa cuisine.

« Le premier jour où je suis arrivé dans le région, j’ai mangé ici et je n’ai jamais arrêté. On était dans un rêve ici. J’y ai passé de bons moments.» nous confie Monsieur Rouvet, kinésithérapeute à la retraite. C'était un habitué, proche de la famille, il a tenu à venir saluer Francine Turin et ses enfants, à la veille de la vente aux enchères, comme de nombreux autres clients et amis. « Cette vente, il faut l’accepter, c’est la vie» nous dit-il.

5000 lots mis aux enchères, et un chef qui aimait les petites voitures et les barbotines

Vendre aux enchères les objets du château sur place, c’est ce que recherchait la famille. Que les clients et amis puissent rendre un dernier hommage au château, au travail de chacun. A Francine et Jean-Michel. Leurs enfants.

C’est bien que l’histoire se termine ici. Quand on est collectionneur comme papa, ce qui est beau, c’est que sa collection continue avec d’autres collectionneurs. 

Matthieu Turin

Car collectionneur, Jean-Michel l’était. Essentiellement de petites voitures et de barbotines, ces céramiques en relief dont il raffolait. Mais pas seulement.  Ses collections étaient stockées dans une dépendance. Deux pièces en étaient remplies jusqu’au plafond. Monsieur Turin achetait beaucoup, beaucoup. Il aimait faire les brocantes et comme tout collectionneur, un objet lui faisait penser à un autre, et il s’est écoulé 40 ans !

Les barbotines en nombre à la vente
Les barbotines en nombre à la vente © Fabienne Le Moing

C’est une vente formidable. Il y a beaucoup de travail mais en restant sur place, vous racontez une histoire. Ça permet de garder l’âme de la vente. De relier les objets au lieu. 

Lynda Trouvé, commissaire-priseur

C’est une vente titanesque. Pour la préparer, il lui aura fallu avec son équipe de la maison des ventes de Drouot, 15 jours de travail sur place pour tout ficher, photographier, préparer sans compter la préparation du catalogue et la communication autour de la vente. Les lots iront de 30 euros à 6 000 euros avec cette bouteille de Cognac en forme d’horloge.

Ce Cognac-Horloge est la pièce la plus onéreuse de la vente
Ce Cognac-Horloge est la pièce la plus onéreuse de la vente © Fabienne Le Moing

Des bouteilles il y en aura bien d’autres à vendre, car la cave de Jean-Michel Turin était fournie. C’est lui qui les achetait et les conservait, mais sa fille Caroline se souvient de nuits entières passées à ses côtés à trier le vin.

Caroline Turin tient en mains une bouteille de 5 litres de vin de Saint-Emilion
Caroline Turin tient en mains une bouteille de 5 litres de vin de Saint-Emilion © Fabienne Le Moing

La fille du chef étoilé nous présente en guise d’exemple ce Château Montbousquet de 1982. Une bouteille de Grand Cru Saint-Emilion, numérotée.

Une autre personne, rencontrée au château avait le cœur lourd. Il faut dire qu’elle a fait ses armes auprès de Jean-Michel Turin. De 1982 à 1984, Clotilde Locatelli avait 18 ans. Elle a été la première jeune femme à entrer dans les cuisines de château de Vauchoux. Elle y a appris l’exigence, l’excellence, le goût du travail bien fait. Elle garde une grande fierté de son passage dans les cuisines.

Clotilde Locatelli se rappelle avec bonheur du temps passé au côté de Jean-Michel Turin
Clotilde Locatelli se rappelle avec bonheur du temps passé au côté de Jean-Michel Turin © Fabienne Le Moing

Elle raconte, émue, qu’en seconde année d’apprentissage, le chef avait dû s’absenter 48 heures en lui laissant la responsabilité de la cuisine.

C’est un souvenir qui n’a pas de prix. Jean-Michel Turin faisait rarement de compliments, mais cette confiance qu’il a eue en moi était le plus beau des compliments ! 

Clotilde Locatelli

Pour elle, la vente est une page qui se tourne, qui remue beaucoup de souvenirs.

 

La vente aux enchères aura lieu sur trois jours. A chaque jour, sa spécialité

Les acheteurs peuvent se rendre sur place. Certains étrangers, Canadiens, Anglais, Américains, Egyptiens, Belges, Italiens devraient participer à distance, à ces enchères accessibles en ligne sur le site internet du commissaire priseur.

Après cette vente, et  celle du château, Francine Turin rejoindra Saint-Malo où demeurent sa fille et ses trois petits-enfants. Elle désire que le château de Vauchoux continue de vivre avec une nouvelle histoire à écrire. Sera-t-elle aussi belle que celle qui a duré 47 ans avec la famille Turin ?

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture