Entre l'inflation et la baisse des dons, comment la Banque alimentaire s'organise pour continuer ses distributions

La Banque alimentaire, qui organise et coordonne l'aide alimentaire, fait face à une augmentation quasi continue des bénéficiaires. En cause, l'inflation, qui participe dans le même temps à diminuer les volumes de dons à redistribuer. En Haute-Saône, la structure s'organise pour limiter les dégâts.

Dans les locaux de la Banque alimentaire de Haute-Saône, à Vesoul, comme chaque matin, une quarantaine de petites mains s'affairent. Il faut recevoir, indexer, trier, et vite renvoyer vers les points de distribution les denrées alimentaires du jour. L'association collecte et réparti les dons alimentaires de tout le département. 29 points de distributions dépendent de son travail. 

"On a 15.000 foyers sur la Haute-Saône qui viennent chercher de l'aide", explique Charlène Geiger, directrice de la Banque alimentaire 70, "ça représente 37.500 personnes environ". Depuis l'année dernière, le nombre de passages, c'est-à-dire les sollicitions de paniers alimentaires, a augmenté de 9%. Plus de bénéficiaires, et des bénéficiaires qui passent plus souvent.

Des foyers, qui sollicitaient jusqu'à présent une aide à la fin du mois, et qui désormais "vont peut-être se rendre deux fois dans le mois pour chercher de l'aide". L'inflation est passée par là. 

"Une baisse de 25% des approvisionnements"

Une inflation qui a aussi eu des conséquences indirectes sur le volume des dons à redistribuer : la source la plus importante des dons, les invendus de la grande et de la moyenne distribution, sont en diminution.

Ces "dates courtes", ce sont des produits, bien souvent frais, que les magasins allaient jeter. "Tout va être redistribué dans l'heure pour que ce soit donné dans la journée" confirme Charlène Geiger.

"Ils ont de moins en moins d'invendus, c'est bien parce qu'on lutte aussi contre le gaspillage alimentaire, mais c'est vrai qu'on réceptionne moins de quantités" confirme Charlène Geiger. Moins 25% par rapport à l'année dernière. De plus de 400 tonnes de nourriture en date courte collectées l'année dernière, l'association de Haute-Saône s'attend à n'en recevoir que 300 cette année. 

Alors, la Banque alimentaire est à la recherche de nouvelles solutions. Désormais, tous les filets de fruits et légumes sont ouverts et triés un à un par les bénévoles. "Par exemple, sur un sac de clémentines, on va ouvrir pour faire le tri entre les produits encore comestibles qu'on pourra distribuer aujourd'hui, et les autres qu'on mettra au rebut" décrit la directrice. Les fruits et légumes un peu abîmes, mais partiellement comestibles, sont ainsi sauvés du compostage. "C'est du travail de petite fourmi".

Un appel aux bonnes volontés

L'astuce n'est plus suffisante pour alimenter en fruits et légumes frais tous les foyers qui dépendent de l'association. Alors, la Banque alimentaire demande de l'aide aux agriculteurs et aux particuliers. Jardin qui a beaucoup donné, vergers non récoltés... Tous les dons sont acceptés, au local de l'association à Vesoul. Pour des gros dons, les bénévoles peuvent venir collecter. Les coordonnées de la Banque Alimentaire sont disponibles sur le site internet de l'association.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité