Ils ramassent les fruits délaissés de vos vergers : la Banque alimentaire appelle à la solidarité

En Haute-Saône, dans le Doubs et le Territoire de Belfort, la Banque Alimentaire, qui coordonne l'action des associations d'aides alimentaire, appelle les particuliers à donner les fruits et légumes en trop des vergers et des jardins. Les bénévoles peuvent organiser des cueillettes.

"C'est vraiment quelque chose de nouveau", explique Gilles Lelièvre, président de la Banque Alimentaire de Franche-Comté. Pour la première année, l'association, qui coordonne le travail des associations d'aide alimentaire dans le Doubs, le Territoire de Belfort et en Haute-Saône, propose aux particuliers de faire don des fruits et légumes de leurs vergers et jardins.

"L'idée, c'est que les gens qui ont des pommes, des fruits ou des produits peuvent les amener, décrit-il, et que si les gens ont des vergers et qu'ils ne peuvent plus cueillir, qu'on aille chercher les produits dans ces vergers". Concrètement, les particuliers volontaires sont invités à contacter la Banque Alimentaire et son réseau d'associations. Ils peuvent leur apporter leur surplus de production, organiser un passage de l'association chez eux, voire une récolte, par exemple pour les personnes âgées qui ne voudraient plus cueillir leurs fruits.

À qui donner ?

La Banque Alimentaire et le réseau des associations d'aide alimentaire ont créé une carte pour que chacun puisse trouver l'association la plus proche de chez soi. Les numéros de téléphones et adresses mail de chacune sont disponibles sur cette carte. Il suffit de les contacter et d'expliquer ce que l'on pourrait donner. Une réception, collecte ou cueillette seront organisées ensuite.

Il est aussi possible de s'adresser directement à la Banque Alimentaire sur son site internet où de se rendre dans l'une de ses antennes à Besançon, Montbéliard, Vesoul ou Pontarlier.  

Les agriculteurs sont aussi invités à donner, notamment "les maraîchers qui ont des excédents qui n'iront pas dans le commerce, ou des légumes qui ne sont pas présentables à la grande distribution" décrit Gilles Lelièvre. L'année dernière, en Haute-Saône, territoire précurseur du dispositif, 15 tonnes de fruits et légumes ont été collectés. "Tout est parti", déclare le président de la Banque Alimentaire en Franche-Comté.

"Donner des produits corrects aux personnes en difficulté"

"Aujourd'hui, on a besoin du don, de la solidarité de tous, si petite soit-elle, pour arriver à donner des produits corrects aux personnes en difficulté", explique Gilles Lelièvre. "Une des difficultés que l'on a, c'est d'avoir des produits consommables et non pas des conserves".

D'autant plus que les besoins ont augmenté, alors que les collectes de produits frais ont décliné. "On a une baisse de ce que l'on ramasse dans les magasins au niveau des produits frais", raconte-t-il. Les rayons dates courtes, qui se multiplient dans les supermarchés, ont participé au phénomène. "On cherche à compenser cette baisse".

"Depuis le covid, on avoisine entre 30 et 40% d'augmentation du nombre de demandeurs", soupire-t-il. En 2020 déjà, la Banque Alimentaire avait coordonné l'approvisionnement de plus de 15.500 foyers dans la région.