• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Menacé de guillotine par un gilet jaune, le député LREM Christophe Lejeune a déposé plainte

Le député Christophe Lejeune avec des gilets jaunes devant la Préfecture de Vesoul le 20 décembre 2018 / © Capture vidéo Est Républicain
Le député Christophe Lejeune avec des gilets jaunes devant la Préfecture de Vesoul le 20 décembre 2018 / © Capture vidéo Est Républicain

Le député de Haute-Saône a déposé plainte pour menaces de mort. Le 20 décembre dernier, alors qu'il venait récupérer des cahiers de doléances en Préfecture à Vesoul, le député a été pris a partie par un groupe de gilets jaunes. 

Par Sophie Courageot

Ce soir là devant la Préfecture de Vesoul, Christophe Lejeune député de La République en Marche d'Emmanuel Macron tente de dialoguer calmement avec les gilets jaunes. Il leur explique qu'il a toujours été dans le dialogue, les recevant dès le début du mouvement des gilets jaunes. Le ton monte, certains écoutent le député, d'autres l'invectivent. Par deux fois un gilet jaune lance "Guillotine, Guillotine" à l'intention de l'élu. L'échange a été filmé par nos confrères de l'Est Républicain. 

"Cette menace de mort avec guillotine, c'est intolérable, qui sont-ils pour ne pas accepter l'échange " nous explique l'élu. "Je venais dans le cadre des gilets jaunes, je venais pour eux, pour récupérer les cahiers de doléances" regrette Christophe Lejeune. "Systématiquement, on portera plainte, ce sera à la justice de faire son travail" ajoute-t-il sonné par la présence de personnes extrémistes au sein du mouvement des gilets jaunes. "J'ai eu des réunions avec des gilets jaunes en Haute-Saône, cela s'est très bien passé" conclut-il. 
 
christophe lejeune guillotine


Christophe Lejeune a donc porté plainte le 27 décembre à la gendarmerie de Lure. Le député de Haute-Saône avait déposé une premier plainte en novembre 2018 après que des gilets jaunes se soient introduits à son domicile, fermant avec des joints serreflex le portail de sa maison à Luxeuil-Les-Bains

Le député était présent devant la Préfecture pour récupérer les cahiers de doléances remplis au mois de décembre dans les mairies de Haute-Saône. 

La personne à l'origine de ces menaces a été identifiée. Le parquet est saisi de l'affaire. La menace de mort contre un élu de la République est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 75.000 € d’amende.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Stéphane Jobard s'exprime à l'issue du match

Les + Lus