• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Insolite : une association fait grimper des handicapés en haut des volcans !

Stromboli : l'ascension s'annonce difficile / © Apach’Evasion
Stromboli : l'ascension s'annonce difficile / © Apach’Evasion

Début juin, l'association Apach’Evasion, basée à Métabief (Doubsà, est allée au bout de son projet : grimper quatre volcans italiens en une semaine, avec des personnes en situation de handicap. 

Par TMD

Ils reviennent d'une expérience unique. Avant eux, personne ne l'avait jamais fait. Début juin, quatorze membres de l'association Apach'Evasion sont partis en Italie. Non pas pour découvrir le Colisée de Rome ou le Palazzo Vecchio de Florence, mais bien pour gravir les plus beau volcans du sud... avec quatre personnes en situation de handicap avec eux. "On se lance des défis de temps en temps. Là, c'était d'emmener quatre personnes en haut de l'Etna", explique Pascal Bidalot. 

Sur le Vésuve, les escaliers ne leur font pas peur / © Apach'Evasion
Sur le Vésuve, les escaliers ne leur font pas peur / © Apach'Evasion

Pour relever ce défi, l'association s'est entrainée pendant plus de six mois, pour être dans les meilleures conditions physiques possibles. Ils ont commencé leur périple en Italie par le Vésuve et Pompéi. Ils ont ensuite enchainé par le Stromboli, "qui est très technique, avec des marches en rocher", avant de terminer avec le mythique Etna. L'Etna, sûrement le mont qui a été le plus rude à grimper. "On fait face à une pente de 45 degrés. Pour arriver au sommet, il faut grimper 3060 mètres". 

Quatre volcans en une semaine, un périble remarquable. Surtout pour les personnes handicapées, transportées en joëlettes. "Elles gardent un souvenir extraordinaire. Elles se sont rendu compte qu’elles ne pouvaient pas le faire sans autres personnes". La preuve en photo ! 

Vésuve : petites difficultés pour les joëlettes / © Apach’Evasion
Vésuve : petites difficultés pour les joëlettes / © Apach’Evasion

Hébergés au pied des volcans, ces promeneurs ont pris toutes les précautions nécessaires face aux risques d'éruptions. Ce qu'ils retiennent de leur périble : "le fait de pouvoir partager des moments comme ça avec des personnes handicapées. A côté de ça, y’avait tout le côté mythique des volcans. A côté d'eux, on se rend compte qu'on est tous petits face à la nature."



Sur le même sujet

Malaise dans la police : "des collègues n'y croient plus"

Les + Lus