"Depuis un an, je m'occupe de plus de 2 000 patients" : à 28 ans, ce médecin est revenu exercer dans le Jura, sa région d'origine

En novembre 2022, Pierre Gaillard s'installait en tant que médecin généraliste à Arinthod (Jura). Un retour aux sources pour le Jurassien d'origine. Un an plus tard, le praticien a pu découvrir la réalité d'un territoire rudement touché par la désertification médicale. Pour autant, il ne perd pas espoir et porte avec lui une vision d'avenir pour l'accès aux soins dans sa région.

"Un dinosaure". Lorsqu'on demande à Pierre Gaillard de se présenter, c'est ce terme qu'il utilise en premier. Et n'y voyait rien de péjoratif. Pour le jeune médecin généraliste, le mot est synonyme d'un rapport au travail où l'on ne compte pas ses heures. Où l'on s'investit, pour "la santé de ses patients" et "pour sauver son territoire de naissance" d'une désertification médicale toujours plus forte.

En novembre 2022, Pierre Gaillard revenait à 27 ans s'installer en tant que médecin généraliste dans le village d'Arinthod (Jura). Né à Lons-le-Saunier (Jura), élevé à Valzin en Petite Montagne (Jura), on peut parler ici d'un retour aux sources pour un amoureux de la région. "J'ai fait mon collège à Arinthod, mon lycée à Lons, mes études de médecine à Besançon" se souvient le jeune homme. "Et dès que j'ai obtenu ma thèse, je suis revenu dans le coin".

J'ai beaucoup d'attache avec le Jura. D'abord familial, c'est sûr. Mais aussi environnemental : j'adore les randonnées, la petite montagne, le lac de Vouglans. Je m'y sens bien pour exercer. Et puis savoir que des habitants étaient dans le besoin a joué sur mon installation.

Pierre Gaillard,

médecin généraliste à Arinthod

En effet, depuis qu'il a opté pour des études de médecine, Pierre est resté en contact avec le Dr Bergier, médecin généraliste à Arinthod et proche de la famille Gaillard. "C'est le médecin de mon père et on se voyait souvent quand je rentrais chez mes parents" explique le jeune praticien. "Il me disait tout le temps, "vient t'installer avec moi, on en a besoin"". La commune étant aussi en recherche d'un médecin, l'affaire se fait rapidement.

Des patients retrouvés "en souffrance"

Pierre Gaillard obtient également une aide financière de 50 000 euros et la promesse qu'une maison de santé sera construite dans les années à venir, pour moderniser et agrandir l'offre de santé dans la Petite Montagne. "Il était important pour moi d'exercer dans de bonnes conditions, avec des perspectives d'avenir" estime le jeune homme. "Aujourd'hui, j'ai avec moi le matériel nécessaire aux multiples soins que requiert l'état de santé des habitants".

La médecine générale est une vraie spécialité. On doit avoir des connaissances sur tout. Si j'ai tenu à avoir un équipement de qualité, c'est pour pouvoir répondre à toutes les demandes ici même. Aujourd'hui, à mon cabinet, je peux suturer, traiter les grains de beauté, faire des anesthésies locales, de la rhumatologie, les suivis pédiatriques, gynécologiques, de la médecine du sommeil...

Pierre Gaillard,

médecin généraliste à Arinthod

Car à son arrivée, Pierre Gaillard a été surpris de trouver une population "en souffrance", et en grand besoin d'être soignée. "Je ne m'attendais pas à avoir autant de travail, ni à un tel afflux de patients" dit-il. "Aujourd'hui, je suis plus de 2 000 personnes, beaucoup avec des affections longues durées. Quand je suis arrivé, certaines n'étaient plus allées se faire soigner depuis 2019. Il a fallu les remettre sur pied, aussi bien médicalement que socialement".

Avec plus de 75 heures de travail hebdomadaire, il est vrai que son emploi du temps est bien chargé. Et cela devrait bientôt augmenter. Le Dr Bergier, qui avait fait venir Pierre Gaillard il y a un an et avec lequel le jeune médecin avait exercé jusqu'à maintenant, est parti en retraite ce 28 décembre. "Il suivait plus de 1 000 patients" souligne le Dr Gaillard. "Je ne peux pas les abandonner, donc je les accueillerai volontiers".

Ici, je suis un médecin de campagne, de famille. J'aime, dans mon métier, soigner tous les membres d'un foyer, du bébé au grand-père, et connaître toutes les générations d'une famille. C'est dans cette vision de la médecine que j'ai grandi et dans laquelle je m'inscris.

Pierre Gaillard,

médecin généraliste à Arinthod

Preuve de cette volonté d'aider son territoire natal, Pierre assure également des permanences à la maison médicale de garde de Lons-le-Saunier, et aux urgences de cette même ville. "C'est mon rôle" évacue-t-il simplement. "Je dois pouvoir assurer la santé de mes compatriotes. C'est la raison d'être d'un médecin". Et il ne compte pas s'arrêter là.

Une future maison médicale pour dynamiser le territoire

Pour contrer la désertification médicale profonde du secteur de la Petite Montagne, Pierre Gaillard a une solution, simple, mais efficace : attirer de plus en plus de médecins. "C'est dans ce but que j'ai demandé à la mairie de construire une maison médicale" avoue-t-il. "Une amélioration de la situation passera par une augmentation des services médicaux. À terme, il y aura une dizaine de professionnels médicaux et paramédicaux qui exerceront dans ce lieu, qui verra le jour dans quelques années".

Si l'édifice n'est pas encore sorti de terre, Pierre Gaillard s'attèle déjà à convaincre, dans son entourage, certains collègues à venir le rejoindre. "Je ne peux rien promettre, car notre métier est extrêmement difficile" confie-t-il. "Beaucoup de professionnels de ma génération préfèrent exercer en ville, ou encore en tant que remplaçants, car il y a moins de charge de travail et d'administratifs".

C'est aussi une des revendications du praticien : alléger les tâches administratives des médecins généralistes. "C'est une lourde charge, qui pèse et qui décourage beaucoup de mes collègues à s'installer en ruralité" conclut Pierre Gaillard. "Ici, j'ai la chance d'avoir eu un bon équipement, et la mairie m'a permis de prendre une assistante médicale. C'est comme cela qu'on peut s'en sortir. Mais cela demande du financement". Mais le temps presse. Dans la région, trois médecins généralistes partent en retraite dans les prochaines semaines. Pour l'instant, aucun remplaçant ne leur a été trouvé.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité