VIDEO. Covid-19 dans le Jura : “Nous n’avons plus de lits Covid disponibles à l’hôpital de Saint-Claude” 

190 patients sont hospitalisés actuellement dans le Jura. Le Sud Jura est particulièrement touché. La saturation est atteinte au centre hospitalier de Saint-Claude (39). Le maire en veut à l’Agence Régionale de Santé qui a fermé des nombreux lits, il y a deux ans.
2 unités Covid sont en place à l'hôpital de Saint-Claude dans le Haut-Jura.
2 unités Covid sont en place à l'hôpital de Saint-Claude dans le Haut-Jura. © Fabienne Le Moing - France Télévisions

À Saint-Claude, l’une des communes fortement touchée par la seconde vague, la coupe est pleine. 


“La situation, aujourd’hui, est délicate. Les services sont en tension. On a une capacité de 30 lits covid. Les 30 lits sont occupés” explique Farid Lagha, secrétaire CGT du centre hospitalier Louis Jaillon. “Dans les urgences, ou parmi les nouveaux arrivants positifs covid, n’ont pas d’orientation concernant leur hospitalisation” dit-il. Que faire de ces malades ? Les hôpitaux du Jura ont déjà évacué des patients vers d’autres sites comme Dijon ou l’hôpital de Trévenans vers Belfort. “Sur l’ensemble du Jura Sud, les hôpitaux sont pleins et saturent” ajoute le syndicaliste. “Cela génère des problèmes de logistique, de transports des patients. Cela met en tension toutes les équipes. On n’a pas plus de moyens, pas de personnels, pour faire face à cette crise” complète Farid Lagha, qui sent monter cette deuxième vague avec inquiétude. Le pic pourrait être atteint mi-novembre estime l’ARS.

Pour compliquer le tout, à Saint-Claude, selon le syndicaliste CGT, au moins une vingtaine de soignants ont contracté le covid. "Ils sont sur la touche et pas remplacés” déplore t-il.

La colère d’un maire qui se bat depuis des années contre les fermetures de lits 

Des lits covid arrivés à saturation. La colère gronde du côté du maire Jean-Louis Millet, mobilisé depuis plus de 2 ans avec le comité de défense de l’hôpital de Saint-Claude. Il déplore d’abord le manque de communication de l’hôpital dont il est président du comité de surveillance. Les chiffres lui arrivent via la préfecture ou les soignants. “Ce que je sais, c’est que nous n’avons plus de lits disponibles. Les patients attendent sur des brancards dans les couloirs. Nous payons très cher la responsabilité de l’Agence régionale de Santé qui nous a supprimé trois services il y a deux ans, sans aucune humanité pour des raisons comptables. On a supprimé 33 lits, 63 infirmières et aujourd’hui cela nous manque cruellement. La direction de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté a lancé un appel au secours hier. Quand ce sont ceux qui ont mis le feu qui appellent les pompiers, ça fait un peu sourire, si ce n’était pas dramatique” réagit le maire de la ville. 

 

Ce qu’il nous faut, c’est des lits et du personnel

Farid Lagha, CGT Hôpital de Saint-Claude



La colère gronde aussi du côté des soignants, fatigués. “On a fermé un service de maternité, de chirurgie lourde, de pédiatrie. On a perdu 75 soignants au centre hospitalier de Saint-Claude, le problème aujourd’hui, quand une crise sanitaire arrive, il n’y a plus de personnels, plus de moyens. C’est ce qui nous amène à cette crise dramatique” lance Farid Lagha.

Résultat, d’après le médecin,certains patients qui nécessiteraient une hospitalisation pourraient être soignés à domicile avec “toutes les conséquences que cela a sur la prise en charge”. 
 
La situation des hôpitaux du Jura est devenue critique. Partout le personnel hospitalier sature et les lits de réanimations sont déjà pleins. A Saint-Claude, les syndicats et la municipalité tirent la sonnette d'alarme.

► Reportage / Quentin Carudel, Fabienne Le Moing et Lilia Aoudia. Avec : Farid Lagha Secrétaire CGT du centre hospitalier Louis Jaillon Jean-Louis Millet Maire de Saint-Claude (Divers droite)

Transferts de malades, appel aux renforts 

La direction des Hôpitaux Jura Sud confirme que la situation dans le Haut-Jura est préoccupante, à l’instar de celle du bassin lédonien. 30 patients ne présentant pas de forme grave de covid sont bien hospitalisés à Saint-Claude.
"Les patients nécessitant une réanimation sont transférés sur Lons-le-Saunier.  Nous avons également mis en place des transferts réguliers vers d’autres centres hospitaliers de la région. Nous avons par ailleurs suspendu un certain nombre de formations et fait appel aux étudiants, personnels intérimaires et plus globalement à l’ensemble des professionnels de santé qui souhaitent apporter leur concours même temporairement. Néanmoins, ces mesures sont des mesures curatives. La solution principale réside dans la mobilisation de tous dans le respect des gestes barrières et des consignes sanitaires" réagit la direction contactée par France 3 Franche-Comté. 

Le Jura est le département qui a le plus haut taux d’incidence en Bourgogne-Franche-Comté

En date du 4 novembre, 190 personnes étaient hospitalisées dans le Jura. Dont 7 en réanimation. 

On compte 697,7 nouveaux cas pour 100.000 habitants.

Chez les plus de 65 ans, ce taux monte à 705,47 nouveaux cas pour 100.000 habitants.

La positivité des dépistages est supérieure à 25%.

Le Jura dépasse désormais la Saône-et-Loire voisine. Dans le Jura, 84 personnes sont décédées depuis le début de l’épidémie.

Le département avait été relativement épargné au printemps lors de la première vague de contaminations. Le Jura, voisin de la Saône-et-Loire, de la région Rhône-Alpes et de la Suisse est au carrefour de la reprise de l’épidémie. Selon le préfet David Philot, les Jurassiens se sont relâchés ces dernières semaines, en famille, en ville, comme en milieu rural ce qui explique le soudain pic de contaminations dans le département.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société