Agression raciste à Dole : le procès de l'homme de 72 ans reporté au 22 juin à Lons-le-Saunier

Le procès de l'homme jugé devant le tribunal correctionnel de Dole pour violences volontaires avec arme et injures racistes a été repoussé au 22 juin. Explications. 

La voiture de l'homme de 72 ans interpellé par la police suite à une violente agression raciste.
La voiture de l'homme de 72 ans interpellé par la police suite à une violente agression raciste. © Police Nationale du Jura

Le procès de l'homme de 72 ans, agresseur présumé d'Adil Sefrioui, violemment attaqué et victime d'injures racistes alors qu'il se trouvait devant chez lui, le 21 avril 2021 a été reporté au 22 juin. En effet, il était préalablement prévu au tribunal correctionnel de Dole mais la complexité de cette affaire nécessite une formation collégiale. On parle de collégialité quand un jugement est rendu par une formation collégiale, c'est-à-dire plusieurs juges. A Dole, il s'agissait ce jour d'un procès à juge unique. Il aura finalement lieu à Lons-le-Saunier.

De plus, les parties civiles, défendues par l'avocat bisontin Me Randall Schwerdorffer, contestent la qualification des faits imputés au septuagénaire. Ce dernier est actuellement poursuivi pour violences volontaires avec arme et injures racistes. Les parties civiles souhaitent requalifier les faits en homicide volontaire.  

"Lorsqu’on voit l’auteur revenir délibérément avec son véhicule, monter sur le trottoir en accélérant brutalement, pour percuter comme il l’avait dit Mr Serfaoui. Est ce qu’on est dans des violences ou quelque chose de plus grave ? J’en suis persuadé" nous avait d'ailleurs expliqué l'avocat, quelques jours après les faits.

Me Schwerdorffer s’étonne que le septuagénaire ait été interpellé plusieurs jours seulement après les faits et que la question de sa détention n’ait pas été posée. Il est actuellement placé sous contrôle judiciaire.

Pour l’avocat, le racisme dans ces faits est évident. La vidéo enregistrée par l’épouse à partir du moment où la discussion s’est envenimée sera une pièce importante lors de l’audience, qui doit avoir lieu à Lons-le-Saunier, le 22 juin.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers