Coronavirus Covid-19 : une mère de famille témoigne de son quotidien, devenu un enfer, après une contamination au virus

On les appelle les « covidiens au long cours », ce sont ces personnes contaminées au Covid-19, considérées comme guéries mais qui ont encore des symptômes. Une vie difficile qu'elles continuent à mener dans l'espoir que la médecine trouve un jour un traitement.
Une jeune femme porte un masque de protection durant la pandémie de Coronavirus Covid-19
Une jeune femme porte un masque de protection durant la pandémie de Coronavirus Covid-19 © Lionel Vadam - Maxppp

Carole*, 33 ans, mère de deux enfants fait partie des premiers malades du Covid-19. La première vague comme on dit. Le 14 mars dernier, cette habitante de Dole consulte un médecin généraliste pour des picotements à la gorge, au nez et dans les yeux.
 

Pour me mettre debout, je suis d'abord obligée de me mettre à genoux


Quatre jours plus tard, son état s'agrave. « Je n'arrive plus à me lever du lit. J'ai des contractions musculaires aux cervicales, je n'arrive pas à lever la tête. Pour me mettre debout, je suis d'abord obligée de me mettre à genoux. »

Puis d'autres symptômes apparaissent : fièvre, toux irritante, perte de goût, de l'odorat. La mère de famille prend de nouveau contact avec son médecin généraliste. Le diagnostique est posé : Carole* est infectée par le Covid-19.
 

"Il y a des soirs où on se voit mourir. La fatigue vous terrasse"


Dans cette maladie, il n'existe pas de traitement. On ne soigne que les symptômes et les malades sont mis sous Doliprane. Et malgré ces quelques médicaments, le cas de Carole* empire. « Le 23 mars, je suis prise d'une forte diarrhée et des gros problèmes respiratoires apparaissent. Je suis seule avec mes deux enfants de 8 et 9 ans. J'ai peur. Je compose le 15... Il y a des soirs où on se voit mourir. La fatigue vous terrasse. On n'a peur de s'endormir parce qu'on a peur de ne pas se réveiller. »


Il y a des jours où je vais bien comme aujourd'hui, mais parfois je suis vidée


Les enfants de Carole* présentent eux-aussi quelques symptômes comme de la fièvre, de la diarrhée et une angine blanche pour l'un d'entre eux. Tous les trois resteront confinés à Dole, pendant un mois, dans leur appartement de 60 m2.

Au bout de 60 jours, Carole* est considérée comme guérie. « Considérée » seulement. Car parfois certains symptômes reviennent... comme un boomerang. « Il y a des jours où je vais bien comme aujourd'hui mais parfois je suis vidée et j'ai encore de lourdes pressions thoraciques et des problèmes au niveau de la sphère ORL. Parfois la fièvre revient, la toux aussi. Le nez se met à couler. Et puis au bout de quelques heures, plus rien. »
 

Une tribune adressée au corps médical


Une situation qui impacte fortement le quotidien de Carole* et sa vie de mère. Un de ses fils vit depuis une semaine chez ses grands-parents pour la soulager. « Autre exemple, un jour mes fils voulaient des pancakes. J'ai juste eu la force de sortir les ingrédients. Avant j'étais hyper active, aujourd’hui si j'arrive à prendre une douche ou à passer l'aspirateur, c'est un exploit ».
 

Est-ce que les symptômes sont à vie ? Est-ce que je vais avoir des séquelles ?


Comme tous ces « covidiens au long cours », Carole* aimerait savoir si un jour elle va guérir complètement. « Est-ce que les symptômes sont à vie ? Est-ce que je vais avoir des séquelles ? Est-ce que le Covid ne va pas déclencher d'autres maladies » ? Beaucoup de questions et, pour l'instant, aucune réponse.

Grâce aux réseaux sociaux, ces « covidiens » se sont regroupés sur deux pages Facebook (soutien covid19 de j1 à #apresj60 et Covid 19 Forme longue de la maladie. Le but : se soutenir entre eux et s'apporter mutuellement du soutien psychologique. Une tribune vient même d'être rédigée à destination des scientifiques pour les alerter sur ces malades qui ne guérissent pas et sur ces symptômes qui reviennent sans cesse, avec l'espoir que la recherche puisse trouver un jour un remède à cette maladie nouvelle qui « bousille » la vie de milliers de « covidiens au long cours.»

*Le prénom a été changé
 
Pour rejoindre les "covidiens au long cours", il existe deux pages Facebook
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société déconfinement social économie recherche sciences