Explosion des logements Airbnb : à Dole dans le Jura, "il y a une raréfaction de l'offre de logement à cause de la location de courte durée"

Dans le Jura, la ville de Dole compte de plus en plus d'hébergements Airbnb provoquant une pénurie de logements en location. Alertée par la situation, la mairie manque de moyens de régulation et cherche des solutions.

Le constat est frappant. En cherchant un logement à Dole sur la plateforme Airbnb, pas moins d'une centaine de propositions de location de courte durée apparaissent. La ville est confrontée à une explosion des hébergements Airbnb, au détriment de locations classiques. Lors du dernier conseil municipal, la mairie a été alertée par ce phénomène qui entraîne des difficultés de logements pour les Dolois. "Il est question de l'attractivité de la ville et de l'aménagement du territoire. Nous voulons amener les résidents à loger en centre-ville grâce à la location, mais il y a une raréfaction de l'offre à cause des logements de courte durée", explique Nadine Herrmann, conseillère municipale d'opposition à Dole. 

L'attractivité de la ville en question  

Résidente du centre-ville, Nadine Herrmann constate le va-et-vient permanent des locataires de logements Airbnb. "Cet été, il s'agissait de touristes en visite à Dole, attirés notamment par l'Eurovélo. Les logements sont aussi fréquemment occupés par des employés en sous-traitance pour l'entreprise Solvay", constate-t-elle. Un signe de l'attractivité de Dole. "La ville est attractive, on ne va pas s'en plaindre. Mais pour qui l'est-elle ? Aujourd'hui, les résidents trouvent très difficilement des petits logements en centre-ville", remarque l'élue. 

Alerté, le maire de Dole, Jean-Baptiste Gagnoux (LR) ne peut que constater la situation. "Le problème existe effectivement, mais je ne peux rien faire. Il n'y a aucune disposition offerte par l'État, sauf être en zone tendue au niveau de l'habitat, ce qui n'est pas le cas de Dole", explique-t-il. L'élu compte désormais sur les parlementaires pour légiférer sur la question, qui se pose dans de nombreuses autres villes de France. "Il faut notamment limiter le nombre de jours loués sur du Airbnb ou imposer des contraintes aux propriétaires", précise le maire. 

De plus en plus d'étudiants en difficulté de logements 

En recherche de petits logements, les étudiants sont ceux qui pâtissent le plus de la situation. La ville de Dole a accueilli à la rentrée 2023 deux nouvelles formations universitaires et ainsi de nouveaux étudiants en quête d'hébergement. "C'était une volonté de la Ville de faire venir plus d'étudiants à Dole, mais où vont-ils loger ? On parle de 160 nouveaux étudiants alors, il va falloir trouver des solutions", observe Nadine Herrmann.

La municipalité a déjà noté une explosion des demandes de logement. "C'est la première année où nous avons autant d'appels. Des étudiants, mais aussi des chefs d'entreprise qui cherchent à loger des jeunes travailleurs", explique Jean-Baptiste Gagnoux. Même constat du côté de la Résidence Jeunes Saint-Jean : "Nous avons beaucoup de demandes d'étudiants, mais nous avons des conditions d'accès précises et un nombre de places limité, nous ne pouvons pas satisfaire tout le monde." 

Si la Ville affirme que tous les étudiants ont trouvé un logement pour cette année universitaire, elle a tout de même conscience que les difficultés vont s'accentuer à la rentrée prochaine et cherche à anticiper. "Environ 150 logements vont être rénovés en centre-ville dans les deux années à venir", affirme le maire de Dole. De quoi répondre à la demande des futurs étudiants, mais aussi des Dolois désireux de vivre en centre-ville.