Cancers pédiatriques dans le Haut-Jura : des dosimètres mesurant le radon ont été distribués aux familles

© Amandine Plougoulm - France Télévisions
© Amandine Plougoulm - France Télévisions

Après la découverte d'un nombre anormalement élevé de cancers dans le Haut-Jura sur cinq communes, Santé Publique France a lancé une enquête. Les investigations ne font que commencer.

Par S.C


Une nouvelle réunion avec les familles s'est déroulée jeudi 20 février.  L'agence régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté a ouvert une enquête après avoir été informée en juillet d'un "nombre anormalement élevé de cancers touchant des enfants" dans le Haut-Jura. 10 enfants ont développé des cancers sur les communes des Rousses, de Morbier, de Morez, de Saint-Pierre et de Prémanon. Les enfants concernés étaient âgés de 6 mois à 13 ans au moment du diagnostic".

C'est une famille qui a donné l'alerte intriguée par autant de cas dans ce secteur de montagne. Rejointe par d'autres d'autres, elles aimeraient savoir si ces cancers ont une cause commune. L'enquête est confiée à l'organisme Santé Publique France. Et des actions commencent à se mettre en place, indique dans un communiqué l'Agence Régionale de Santé. 

 

  • Une étude de l'environnement : pollution, lignes à haute tension, radon....


Santé Publique France a commencé une analyse cartographique pour certaines expositions environnementales suspectées d’être à risque et provoquer des cancers pédiatriques. Lignes à haute tension, stations d’essence, pollution atmosphérique, ces indicateurs vont être comparés aux lieux d’habitation et de vie des enfants.

L’ARS a distribué des dosimètres pour réaliser au domicile des familles concernées, des mesures d’exposition au radon. Les mesures vont se dérouler de mars à avril. Le radon est un gaz naturel radioactif cancérogène, il provient de la désintégration radioactive de l’uranium présent dans le sol et dans les roches. Sa présence dans certains bâtiments peut être élevée.

 

  • 13 enfants touchés par un cancer font officiellement partie du périmètre de l'enquête


Si 10 cas ont été identifiés sur 5 communes du Jura, les autorités de santé mènent un recensement exhaustif des cas. « Pour établir le périmètre, il est indispensable de s’assurer que nous avons identifié l’ensemble des enfants malades. Pour cela, nous avons travaillé avec le Registre national des cancers de l’enfant (RNCE), le Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Besançon et les Hospices civils de Lyon. Nous avons également interrogé la direction générale de la santé du canton de Vaud et le Registre national suisse (ChCR) pour recenser d’éventuels enfants soignés en Suisse mais vivant dans le périmètre français et pour vérifier que le périmètre ne s’étend pas à la Suisse frontalière» explique Olivier Retel, responsable de Santé publique France Bourgogne-Franche-Comté.

L'enquête étudiera les cancers pédiatriques, de toute nature, diagnostiqués entre 2011 et 2019, sur la zone géographique recouvrant quatre communes du Jura (Les Rousses, Longchaumois, Morez, Prémanon). D’après les données validées avec le Registre national des cancers de l’enfant, treize enfants atteints de cancer sont inclus dans ce périmètre.

 
10 cas de cancers pédiatriques ont été recensés dans cinq communes du Haut-Jura. / © ARS et SPF
10 cas de cancers pédiatriques ont été recensés dans cinq communes du Haut-Jura. / © ARS et SPF
 
  • Le questionnaire de santé n'a pas encore été adressé aux familles 


Un questionnaire sera adressé d'ici la fin mars aux parents par courrier. Les épidémiologistes de Santé publique France Bourgogne Franche Comté pourront organiser par la suite des entretiens avec chaque famille pour compléter ou préciser des réponses, indique l'ARS.

L’équipe de Santé publique France Bourgogne Franche Comté a élaboré un questionnaire, à partir des connaissances scientifiques sur les cancers pédiatriques, la prise en compte des spécificités locales comme par exemple le fait d’être en zone rurale.

« Il s’agit d’un outil épidémiologique qui va nous permettre en croisant les réponses, d’identifier potentiellement un ou plusieurs facteurs de risque qui seraient communs aux enfants malades. Nous recherchons des facteurs de risque spécifiques au périmètre et sur lesquels on pourrait agir localement. Nous ne centrons pas nos recherches sur des produits de consommation courants disponibles sur le marché national par exemple » précise Olivier Retel.


L'enquête de Santé Publique France apportera-t-elle des réponses ?


Mi-décembre, nous avions pu rencontrer la famille d'une petite fille malade d'un cancer sur la station des Rousses. Les parents espèrent des réponses. "On nous confirme qu'il y a un excès de cas. C'est inquiétant. Mais on nous dit qu'on ne va sûrement rien trouver" expliquait Chloé Fourchon au lendemain d'une réunion des familles avec l'Agence Régionale de Santé et l'organisme Santé Publique France. "Nous, on est parents, on a d'autres enfants. On s'inquiète pour les autres enfants. L'enquête est vraiment nécessaire" ajoute Chloé Fourchon.

Les résultats de l'enquête épidémiologique sur les cancers pédiatriques du Haut-Jura seront connus courant 2020. Une enquête du même type s'est déroulée ces derniers mois à Sainte-Pazanne en Loire-Atlantique. L'enquête de Santé Publique France s'est soldée par une non-réponse pour les familles des enfants malades. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus