Jura : une enquête ouverte après la découverte d'ossements de lynx dans un gouffre

Des ossements de lynx ont été découverts, mi-novembre, dans le Jura. Une enquête a été ouverte par l'Office national de la chasse et de la faune sauvage. Précisions.
C'est une découverte à laquelle ils ne s'attendaient pas. Mercredi 13 novembre, alors qu'ils étaient en excursion dans le gouffre de Prévalot à Fontenu, des spéléologues jurassiens sont tombés sur des ossements de lynx. D'abord alertés par un amas de poils et des os appartenant à un chat, ils ont repéré un squelette plus important.

Selon un rapport du comité départemental de spéléologie du Jura que nous nous sommes procuré, "la taille et la forme des canines sont celles d'un carnassier". "La liste des félins de grandes tailles implantés dans le Jura se réduit au seul lynx et nous en sommes rapidement arrivés à cette conclusion pour son identification", ajoutent les spéléologues.

Une blessure par balle ?

Après une observation détaillée de ces ossements, les professionnels ont relevé d'importants traumatimes : "La canine supérieure gauche est cassée nette. [...] Les cloisons osseuses internes du crâne sont fracassées et toutes sont désaxées de la droite vers la gauche, comme sous l'effet d'un choc violent directionnel". Joint par téléphone, l'un des spéléologues, qui a souhaité conservé l'anonymat, avance l'hypothèse d'une blessure par balle

De son côté, Gilles Moyne, directeur de l'association spécialisée Athénas, que nous avons contacté par téléphone, se dit "à moitié surpris". "Pour moi, il n'y a pas de doute c'est bien un lynx. Vu la violence, il s'agit sûrement d'un acte de braconnage. Qu'est-ce qui a pu motiver quelqu'un à cacher ce corps ?", s'interroge-t-il.

L'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a été saisi et devrait récupérer le squelette dans les prochains jours. Une enquête vient d'être découverte pour confirmer qu'il s'agit bien d'un lynx mais surtout pour essayer d'expliquer la présence de ces ossements dans le gouffre de Prévalot. Contacté par nos soins, l'ONCFS n'a pas voulu s'exprimer sur ce dossier.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société animaux sorties et loisirs