Jura : un cas de variant Delta détecté après des retransmissions des matchs de football de l'Euro 2021 à Sirod

Dans le Jura, l'Agence Régionale de Santé organise des opérations de dépistages sur la commune de Sirod dans le Jura près de Champagnole, dans la crainte d'un possible cluster.

Samedi 3 juillet, les habitants du secteur de Sirod sont invités à une opération de dépistage à la salle des fêtes de 10h30 à 13h30. Objectif : détecter d'éventuels cas de variant indien ou Delta, plus contagieux, et dont la progression a gagné le Jura, le Doubs mais également la Côte d'Or en Bourgogne-Franche-Comté.

Une personne, positive à la Covid 19 était présente dans la salle des fêtes de Sirod lors de la diffusion des matches de l'équipe de France le samedi 19 juin et le mercredi 23 juin. Il s'agit des matchs des Bleus France-Portugal et France-Hongrie où une centaine de personnes étaient présentes dans la salles des fêtes de la commune du Jura. Les opérations de dépistage seront gratuites et sans rendez vous, indique la commune sur sa page Facebook. La protection civile sera présente pour mener les opérations de dépistage.

Selon le dernier point de l'ARS établi le 29 juin, 31 cas de variant de type indien ont été détéctés dans le département du Jura, 12 cas dans le Doubs. Des opérations ciblées de dépistage et de vaccination ont eu lieu dans les secteurs de Morez, les Rousses, Saint-Laurent en Grandvaux ou Maîche. 

Ce nouveau variant représenterait déjà 20% des nouveaux cas en France selon Olivier Véran, ministre de la santé. Les Landes, département le plus touché de France par le covid-19, connait une proportion du variant delta, "sensiblement plus forte" qu'ailleurs. Le département "va rester en phase 3 jusqu'au 6 juillet inclus", et maintenir donc le système des jauges. 

Le Pr Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, s'attend à "une quatrième vague" épidémique de Covid-19 à la rentrée, mais elle sera "beaucoup plus nuancée que les trois" précédentes, en raison du niveau de vaccination de la population."Je crois qu'on aura une quatrième vague mais qu'elle va être beaucoup plus nuancée que les trois premières, car il y a un niveau de vaccination qui n'est pas du tout le même", a déclaré mercredi le professeur sur France Inter, qui qualifie de "faussement rassurants" les récents bons chiffres sur l'incidence du virus, à cause de la présence du variant Delta, extrêmement contagieux.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société