VIDÉO. Lamoura, Lajoux : ils occupent leur école jour et nuit pour demander l'ouverture d'une classe supplémentaire

Des parents d'élèves du Haut-Jura occupent une école jour et nuit à Lamoura. Ils veulent faire pression sur le rectorat afin qu'une nouvelle classe soit ouverte. Reportage.

Les parents d'élèves des écoles de Lamoura/Lajoux veulent l'ouverture d'une classe supplémentaire pour 2021-2022.
Les parents d'élèves des écoles de Lamoura/Lajoux veulent l'ouverture d'une classe supplémentaire pour 2021-2022. © France 3 Franche-Comté

Dans le Haut-Jura, les enfants sont de plus en plus nombreux dans certaines écoles. C'est le cas dans les villages de Lamoura et Lajoux. Au regroupement pédagogique intercommunal Lamoura/Lajoux, en un an, les effectifs sont passés de 87 à 103 élèves. Des classes ont été divisées, contraignant alors certains enseignants à faire classe à des maternelles, rejoints par des CP. Les parents, inquiets de voir les conditions d'apprentissage de leurs enfants se dégrader, ont décidé d'occuper depuis lundi1er mars matin les locaux de l'établissement. Ils réclament l'ouverture d'une nouvelle classe.

"On a demandé une ouverture de classe à l'inspection académique qui nous a dit qu'elle prendrait en considération notre cas. Depuis, plus de nouvelles. On a décidé de passer à la vitesse supérieure avant le 4 mars, date à laquelle la décision sera actée. On a l'impression que le rectorat joue la montre. On va mettre la pression jusqu'à cette date" nous a expliqué un parent d'élève, qui insite également sur la vétusteté des locaux. 

"On ne devrait plus avoir plus de 24 élèves par classe, et ce n'est pas le cas chez nous car en moyenne nous sommes à 26 élèves" ajoute Christophe Hanus, délégué parents d'élèves. 

Découvrez le reportage Quentin Carudel et Hughes Perret : 

Carte scolaire , Jura : les parents d'élèves de Lamoura/Lajoux réclament l'ouverture d'une classe


Joint par nos soins, Francis Leseur, maire de Lamoura, soutient l'initiative des parents d'élèves. "On a un effectif en constante augmentation. Nous sommes à fond derrière eux" a-t-il confirmé, tout en expliquant qu'une crèche ainsi qu'en lotissement étaient en projer sur sa commune, de plus en plus attractive.   

Contacté par téléphone, le rectorat assure que la situation est connue et qu'il traitera le dossier avec un regard bienveillant. Le dénouement interviendra ce jeudi. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société