Cet article date de plus de 8 ans

Le projet de prison "du coeur" dans le Jura aux oubliettes?

Le projet de Pierre Botton de créer près du village de Saint-Julien-sur-Suran un centre de détention "différent" n'est plus. 120 primo-délinquants auraient vécu en semi-liberté dans ce site. Projet abandonné semble-t-il.
Cette prison devait s'implanter à proximité de la commune jurassienne.
Cette prison devait s'implanter à proximité de la commune jurassienne.
Cette information fait suite à un communiqué du syndicat local UFAP/Unsa des surveillants de la maison d'arrêt de Lons-le-Saunier,

D'après le syndicat, le projet Botton ne rentre plus dans le schéma de la Direction de l'Administration Pénitentiaire concernant la création de nouveaux établissements. Une information confirmée dans le journal Le Progrès par Christophe Perny, le président du Conseil Général du Jura.

L'annonce d'une prison du coeur avait divisée les habitants du canton


En décembre 2011, l'annonce de la possible création près de ce village de 400 habitants d'une prison accueillant des primo-délinquants avait violemment divisé habitants et élus de la région. Banderoles aux balcons, manifestations dans les rues, un vote contre lors d'une consultation municipale...Les actions se sont multipliées ces derniers mois pour s'opposer au projet.
En face, les partisans du projet défendaient le bénéfice que cette prison apporterait à la lutte contre le chômage, avec la création directe de 80 emplois de services et de sécurité.

Et en Haute-Saône?

En mars dernier, la commune haut-saônoise d'Arc-les-Gray avait fait acte de candidature par l'intermédiaire de son édile, Serge Toulot. A l'époque, Pierre Botton avait confirmé que des échanges avaient eu lieu sur l'implantation du site en Haute-Saône. Affaire à suivre?






Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi prison