Il lâche son caddie pour rattraper le voleur, un policier qui ne manque pas de zèle dans un supermarché du Jura

Il n'était pas en service et venait faire ses courses dans un supermarché de Lons-Le-Saunier (Jura). Un policier s'est mis à la poursuite d'un voleur qui s'échappait du magasin et a réussi à l'interpeller moins d'une heure plus tard dans les rues de la ville.

C'est la police nationale du Jura qui le signale ce mercredi 17 avril sur ses réseaux sociaux. Et qui salue surtout le geste. Un policier a appréhendé un malfaiteur alors qu'il n'était pas en service et faisait ses courses dans un supermarché de Lons-le Saunier (Jura). L'individu, âgé de 34 ans, a été placé en garde à vue pour vol à l'étalage. Il avait dérobé des denrées alimentaires, des bouteilles d'alcool et des produits d'hygiène.

"Je n'ai pas laissé tomber"

Les faits remontent au lundi15 avril . "Il était 18h15, se souvient le major de 53 ans, qui est affecté à l'état-major de la direction départementale de la police nationale (DDPN) du Jura . J'allais faire mes courses comme tout le monde. À l'entrée du supermarché, les portes vitrées se sont ouvertes, j'ai entendu les portiques antivol biper et j'ai vu un individu sortir brusquement avec un sac sur le dos et un autre à la main. J'ai compris tout de suite qu'il venait de voler."

Le policier ressort aussitôt avec son chariot mais l'homme a déjà disparu. Pas de quoi décourager le fonctionnaire qui part en direction du Parc des bains, tout à côté, où il parvient à repérer le voleur. "Quand je me suis approché de lui, il m'a reconnu et il a encore une fois disparu dans la végétation, explique-t-il à France 3 Franche-Comté. Avec un employé du magasin qui m'avait rejoint, on l'a cherché mais on ne l'a pas retrouvé."

Mais encore une fois, pas question d'abandonner la poursuite. "Je n'ai pas laissé tomber, j'ai récupéré mon véhicule et j'ai commencé à tourner en élargissant à chaque fois le périmètre." Après 45 minutes de quadrillage, le policier retrouve l'auteur du forfait au centre-ville. Il se cache et l'interpelle enfin. Il appelle ensuite ses collègues qui viennent lui passer les menottes.

La marchandise a été restuée au magasin qui a décidé de ne pas porter plainte. L'homme, un ressortissant polonas sans domicile fixe, a donc été remis en liberté et le parquet ne le poursuivra pas.

Tout citoyen peut intervenir

"Quand il se passe quelque chose devant moi, je ne peux pas ne pas intervenir, c'est plus fort que moi, reconnaît le fonctionnaire. Moi, je suis officier de police judiciaire mais même un citoyen lambda peut le faire, en évitant de se mettre lui-même en danger bien sûr !" Car, il faut le rappeler, n'importe quel citoyen peut appréhender physiquement une personne s’il est témoin d’un délit ou s'il se trouve menacé. Il peut immobiliser le suspect avec les moyens du bord avant l’arrivée des forces de l’ordre, ou bien l’emmener directement au commissariat ou à la gendarmerie.

Selon l'article 73 du Code de procédure pénale, en effet, "dans les cas de crime flagrant ou de délit flagrant puni d'une peine d'emprisonnement, toute personne a qualité pour en appréhender l'auteur et le conduire devant l'officier de police judiciaire le plus proche."

Ce n'est pas la première fois que ce policier passe à l'action alors qu'il n'est pas en service et ce ne sera pas la dernière, assure-t-il. Et pour ses courses ? "Je les ai faites le lendemain, pas de problème", sourit le policier zélé.