"La cuisine, c'est l’amour, c’est la passion, le partage", derrière les fourneaux du chef Di Marzio, qui a décroché sa première étoile Michelin

durée de la vidéo : 00h01mn58s
Dans le Jura, le chef Di Marzio a décroché sa première étoile Michelin, rencontre ©Inès Depampelonne / Eric Debief / France télévisions

Lundi dernier, le chef Di Marzio a vu son travail être récompensé. Quelque mois après l'ouverture du restaurant Maison Rosella au Château de Germigney, il décroche sa première étoile.

Seulement quelques mois après son installation au Château de Germigney, le chef Di Marzio a décroché une étoile. Il a ouvert Maison Rosella – ex Maison Jeunet – en novembre dernier et a séduit le guide Michelin.

Dans la cuisine du restaurant, ça parle italien et on se croirait bien loin du Jura. Pourtant, on y est bien. En préparant une raviole de pigeon aux influences françaises, italiennes et asiatique, Francesco Di Marzio confie avoir appris la cuisine avec sa grand-mère. "Elle cuisinait vraiment bien, avec beaucoup de cœur. La cuisine de la grand-mère, c’est quelque chose de fou", explique-t-il en souriant, avec un accent italien qui nous fait voyager. Puis il a cuisiné avec sa maman, qui a, elle aussi, hérité du talent culinaire familiale. À son tour, il se met aux fourneaux, "et aujourd’hui, nous en sommes là", sourit-il.

"La cuisine, c'est l’amour, c’est la passion, le partage"

Si on se croit en Italie dans la cuisine, on la sent aussi dans l’assiette, que ce soit au goût ou au visuel. "C’est important de lier la technique italienne à la française et d’ajouter une touche asiatique", détaille le chef qui a décroché une étoile à Singapour et qui favorise le circuit-court et les produits francs-comtois. Dans l’assiette, du vert, du rouge et du blanc, tout pour rappeler le pays d’origine du chef.

Pour Francesco Di Marzio, "la cuisine, c'est l’amour, c’est la passion, l’amitié, le partage, le sourire".