Quatre lycéens trouvent la mort dans un accident, leur voiture plonge dans le lac de Chalain dans le Jura

Publié le Mis à jour le

Une voiture a quitté la route ce mercredi 19 janvier vers 17 heures pour terminer sa course dans le lac de Chalain. Le bilan est très lourd.

Lire aussi : au lendemain du drame, les premiers éléments de l'enquête

Il était 17 heures quand les secours ont été alertés. Ce mercredi 19 janvier, une voiture a perdu le contrôle de sa trajectoire, sur la route du domaine de Chalain, dans la commune de Doucier (Jura). Elle a quitté la chaussée, est passée par dessus un talus, avant de chuter une dizaine de mètres plus bas, dans le lac qui commençait à geler.

- Les 5 jeunes se rendaient au domaine de Chalain lorsque le drame s'est produit -

A son bord, cinq lycéens du lycée Paul Emile Victor de Champagnole où ils étaient internes, vraisemblablement venus passer un moment de détente ensemble au domaine de Chalain. Le lac avait commencé à geler.

C'est un accident dramatique, il y a beaucoup de victimes. Nos pensées vont vers elles, leurs familles et tous les jeunes.

David Philot, préfet du Jura qui s'est rendu sur les lieux du drame

Un jeune a pu s'extraire du véhicule et "s'est efforcé de donner l'alerte" selon David Philot, le préfet du Jura, qui s'était rendu sur place hier soir. "Un passant a alerté la gendarmerie, qui était présente pour un contrôle non loin de là, et qui a pu être là très très rapidement et s'est efforcée de sauver les personnes" raconte le préfet. "Les pompiers ont été là très très vite mais malheureusement il n'a pas été possible de sauver les quatre occupants qui étaient tombées dans le lac".

En état d'hypothermie, il a été évacué vers l'hôpital de Lons-le-Saunier. Les jeunes à bord de la voiture étaient tous mineurs, hormis la conductrice. Celle-ci est décédée ainsi qu'une autre élève et deux garçons.

Au lendemain de l'accident, ce jeudi 20 décembre, le Préfet du Jura et le Procureur de la République dans le Jura ont donné une conférence de presse.

Un verglas très dangereux

Les conditions météo pourraient expliquer cette tragique sortie de route. "Ils sont tombés sur une plaque de verglas, la voiture a franchi le talus à un endroit où il n'y avait pas d'arbres, elle est tombée dans le lac" a précisé le préfet du Jura. 

Selon le maire de Fontenu, commune voisine du domaine, le midi, "nous avons eu des pluies verglaçantes. Les principaux axes ont été salés, mais pas cette voie sans issue de deux kilomètres qui longe le lac. Quand je me suis rendu sur place, on ne tenait même pas debout tant cela glissait ! " a-t-il confié aux journalistes du Parisien qui l'avaient contacté.

La route qui longe le lac est en effet dans une zone encaissée, qui passe une grande partie de la journée à l'ombre en été, et n'est pour ainsi dire pas directement éclairée en journée. Il n'est donc pas difficile d'imaginer que de grandes plaques de verglas aient été présentes.

Un accompagnement psychologique mis en place

Les dépouilles des victimes ont été transférées vers la chambre mortuaire de l'hôpital de Lons-Le-Saunier où un accompagnement est mis en place pour soutenir les familles.

L'académie de Besançon a mis en place une cellule psychologique dès ce soir dans le lycée Paul-Emile Victor, avec un médecin et l'aide des psychologues du SDIS39. Le recteur d'académie est présent pour soutenir la communauté éducative et ces élèves qui se connaissaient tous dans ce secteur de montagne.

Le ministre Blanquer a réagi à ce drame

"Après ce drame qui touche toute la communauté éducative et tout particulièrement l'académie de Besançon, je veux exprimer ma peine et adresser toutes mes pensées aux familles et aux proches des lycéens. Les services de l’État sont pleinement mobilisés auprès de l’entourage des victimes" a tweeté le ministre de l'Education.

La présidente de région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, a fait part également de son émotion après ce drame.

Jean-Marie Sermier, député LR du Jura exprime sa tristesse. "Le Jura est sous le choc après l’accident de la route qui a tué quatre lycéens au Lac de Chalain. La vie est cruelle : il est insupportable de voir des jeunes partir si tôt et dans des circonstances aussi dramatiques. Mes pensées émues aux familles et aux amis des victimes."

Une enquête de gendarmerie est ouverte pour déterminer les circonstances de cette sortie de route qui endeuille brutalement plusieurs familles. Le procureur de la République était présent également sur les lieux de l'accident.