Cet article date de plus de 4 ans

Les opposants à la LGV Paris-Lyon (POCL) lancent un appel aux acteurs économiques

Ce samedi 7 mai, près de Sancerre, les opposants au tracé dit médian d’une nouvelle LGV entre Paris et Lyon ont appelés les entreprises, commerçants, communes, associations… à se joindre à leur mouvement.

Les opposants au projet POCL militent depuis plusieurs années contre cette 2nde ligne à grande vitesse de Paris à Lyon via Orléans et Clermont-Ferrand. Ils demandent qu’une solution alternative soit privilégiée : la remise en état et la modernisation des lignes existantes. Leur pétition a déjà recueilli plus de 7.000 signatures. Aujourd’hui, ils souhaitent qu’en plus des citoyens, les acteurs du monde économique rejoignent leur mouvement. Ils ont organisé une conférence de presse suivie d’un pique-nique ce samedi 7 mai sur le site de la Tour de Vesvre à Neuvy-Deux-Clochers dans le Cher, près de Sancerre.

Qu’est-ce que le POCL ?

Le POCL vise à relier Paris, Orléans, Clermont-Ferrand et Lyon via une ligne à grande vitesse. Le projet est né en 2011 avec l’idée de pallier la saturation à venir de l’actuelle ligne Paris-Lyon et de désenclaver des territoires du centre de la France (Auvergne, Bourgogne et Centre).
Deux tracés avaient été présentés :En février 2015, le tracé dit médian a la préférence du coordinateur du projet, le préfet de la région Auvergne, Michel Fuzeau. Des études préalables à l’ouverture d’une enquête d’utilité publique sont lancées. Le projet en est là. Ces études dureront de 5 à 7 ans pour définir le meilleur tracé possible. Suivra ensuite l’enquête d’utilité publique destinée à informer le public et à lui permettre de s’exprimer sur un dossier précis. Elle durera de 12 à 18 mois. Ce n’est qu’après la déclaration d’utilité publique que les travaux pourront commencer, pour 4 à 6 ans, pour un coût estimé à 13 milliards d’euros. Dans le meilleur des cas, cette LGV entrera en service  en 2030.

Quels sont les arguments des opposants ?


Que proposent les opposants ?

-  Pour éviter la saturation de la ligne existante entre paris et Lyon, des solutions existent : utiliser les nouvelles technologies de régulation du trafic et augmenter ainsi le nombre de TGV ou augmenter le nombre de TGV à double étage.
-  Moderniser les lignes actuelles : cela éviterait les destructions et coûteraient 3 à 4 fois moins cher. C’est aussi plus rapide puisque la LGV n’est pas prévue (au mieux) avant 2030.
-  Remettre en état et moderniser le réseau ferroviaire existant permettrait aussi de mieux desservir les petites villes et redonnerait un élan économique au fret et aux trajets régionaux ou inter cités.

Tracé POCL

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports lgv