• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Loi Travail : les opposants au projet appellent à une 5e journée de grève

A Dijon, plus de 2 000 manifestants ont demandé le retrait du projet de loi Travail mercredi 9 mars 2016 / © Maïté Schneider
A Dijon, plus de 2 000 manifestants ont demandé le retrait du projet de loi Travail mercredi 9 mars 2016 / © Maïté Schneider

Le projet de réforme du code du travail est actuellement examiné par les députés. Les opposants appellent à une nouvelle journée de mobilisation jeudi 12 mai 2016. Un appel à une grève reconductible des routiers est aussi lancé à partir du 16 mai.

Par B.L.


Le projet de loi Travail est débattu en première lecture à l'Assemblée nationale depuis le 3 mai.
Ce texte est loin de faire l’unanimité, même au sein de la gauche. "Il manque près de 40 voix pour obtenir une majorité", estime Christophe Sirugue, élu PS de Saône-et-Loire et rapporteur de la loi Travail.

Cette réforme "accentue la précarité", remet en cause les conventions collectives et "ruine les garanties collectives", dénoncent ses opposants.

Le projet de loi prévoit notamment la primauté de l'accord d'entreprise dans l'aménagement du temps de travail, une clarification des règles de licenciement économique ou encore la création d'un Compte personnel d'activité (CPA).
Les députés vont débattre jusqu'au jeudi 12 mai au soir, avant le vote solennel qui est prévu le mardi 17 mai.



Qu'est-ce qui est prévu jeudi 12 mai ?

Une cinquième journée de protestation est donc organisée dans toute la France jeudi 12 mai. Une intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, Fidl, UNL) appelle à des rassemblements et à des grèves.
Cette nouvelle manifestation de colère intervient après celles des 9 et 31 mars et des 9 et 28 avril.

Par ailleurs, la Fédération CGT des transports et FO appellent l'ensemble des salariés du secteur routier à une grève reconductible à partir du 16 mai au soir (lundi de Pentecôte), pour réclamer le retrait du projet de loi travail.
Les syndicats s’inquiètent des effets du projet de loi, en particulier des "dégâts sur la fiche de paie de la baisse potentielle de rémunération des heures supplémentaires", dans un secteur "où le nombre de petites entreprises est très important et la concurrence exacerbée".

A lire aussi

Sur le même sujet

Portrait : Anthéa Lamine finaliste BFC du concours de chant

Les + Lus