Cet article date de plus de 3 ans

Mai 1968 : comment les militants libertaires perçoivent-ils le mouvement 50 ans après ?

Ils sont libertaires. Ils étaient jeunes en 1968. Ils sont restés des militants. A Besançon (Doubs), ils ont accepté d'évoquer le souvenir du mouvement de 68. 
© France 3 Franche-Comté : Clément Jeannin
Embryonnaire avant 1968, la mouvance anarchiste dont  Daniel Cohn-Bendit  se revendiquait alors va se développer et se structurer  après les événements de mai avec l'arrivée de nouveaux militants. 

Ces libertaires qui militent  notamment pour l'autogestion et la fin de l'état sont encore aujourd'hui peu nombreux mais très actifs dans les manifestations. Ils était jeunes en mai 68 en Franche Comté,  Bruno, Marisa ou Sylvain  animent avec d'autres une librairie anarchiste à Besançon "l'autodidacte".  Au pays de Proudhon, les anarchistes ont pignon sur rue à Besancon avec cette librairie. Marisa est anarchiste italienne, déjà en 68 et elle le revendique toujours : Je ne pouvais pas être autre chose que moi, donc j'étais libertaire" explique-t-elle. 


Pour Michel Antony, historien spécialiste des utopies et de l'autogestion mais également ardent défenseur des service publics de proximité, la grande leçon c'est de garder de 1968, "cette liberté de penser, de critiquer, c'est l'essentiel" résume-t-il.
En mai 68, en grève ce lycéen avait pris le contrôle de son école. Aujourd'hui, il continue à se battre pour aider les migrants ou défendre les services publics dans son département la Haute-Saöne. 


50 après, comment les militants libertaires perçoivent le mouvement de mai 68 ?



 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mai 68 histoire sorties et loisirs société