• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Mandeure : Peugeot Scooter s'apprête à supprimer 90 emplois

Image d'archives / © Lionel Vadam -maxPPP
Image d'archives / © Lionel Vadam -maxPPP

L'annonce d'un plan de 47 millions d'investissement sur trois ans et l'introduction de quatre véhicules n’y ont rien fait : Peugeot Scooter à Mandeure va supprimer 90 emplois d’ici 2019. Les syndicats s’y attendaient. Les élus, s’insurgent.

Par Vanessa Hirson

Mandeure : les salariés de Peugeot Scooters dans la tourmente
Avec Dorian Chognard, représentant CGT - Peugeot Scooters ; Martial Bourquin, sénateur PS du Doubs ; Costantino Sambuy, PDG de Peugeot Scooters. Reportage de Vanessa Hirson et Denis Colle.


La direction de Peugeot scooter a annoncé  la suppression de 90 postes soit un quart des effectifs. " Il s'agit de départs volontaires jusqu'à la fin février 2019, puis de suppressions", a expliqué la communication de Peugeot Scooter. "On s’y attendait depuis quatre ans. Quatre ans que l’usine est en perdition donc on n’est pas surpris. C’est juste une confirmation de ce qu’on attendait" a réagit Dorian Chognard, représentant CGT.

Pour la direction, il s’agit d’un projet de relance de ses activités face à un marché difficile. "Il s’agit d’une refonte profonde et globale de son organisation. En effet, malgré une stratégie commerciale volontariste et plusieurs plans d’économie pour tenter de maîtriser ses coûts fixes, l’entreprise continue de générer des pertes importantes de l’ordre de 70 millions d’euros depuis 2015" détaille la direction.

Les élus réagissent 


Le Sénateur du Doubs, Martial Bourquin a réagi par le biais d’un communiqué de presse. " Est-ce une surprise ? Non. Est-ce choquant ? Oui ". L’élu explique que depuis plusieurs années, aucun plan d'investissement n’a été entrepris. Actuellement, la direction de Mahindra fabrique en Chine une grande partie des véhicules Peugeot Scooters vendus en Europe: "ce pays produit 50 000 véhicules par an alors que 7000 véhicules seulement sortent du site, c'est la cause de la sous-charge du site de Mandeure ".
 

L'entreprise sera-t-elle encore viable ? Martial Bourquin, Sénateur du Doubs


Le sénateur Martial Bourquin dit avoir alerté il y a 3 mois, le directeur du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI), sur la situation du site Peugeot Scooter de Mandeure. Cet organisme de l'Etat français intervient auprès de toute entreprise en difficulté employant plus de 400 personnes.

" Une question légitime que nous sommes en droit de nous poser: est-ce-que le flou entretenu depuis plusieurs mois était pour attendre l'application des Ordonnances travail. En effet, ces ordonnances permettent désormais dans le cadre de licenciements économiques de ne plus prendre en compte le bilan international du groupe mais uniquement celui du site de Mandeure. Et ce site souffre cruellement depuis plusieurs années d'un manque d'investissement... Descendre sous le seuil des 400 salariés pose d'ailleurs une autre question; l'entreprise sera-t-elle encore viable ?"
 

Ce n'est pas admissible Frédéric Barbier, Député


Autre réaction, celle du Député Frédéric Barbier. " Ce n’est pas admissible. Que l’on souhaite adopter une nouvelle stratégie avec une diversification et une montée en gamme, soit, mais pas au détriment de l’entreprise et de ses salariés. On ne peut laisser l’usine s’affaiblir durant sa phase d’adaptation. Or, on ignore tout de ce qui est prévu pendant ce laps de temps".

Pour le député, le flou persiste " je maintiens que si l’Indien Mahindra, actionnaire à 51%, est l’auteur principal du préjudice, j’estime que PSA, actionnaire à 49%, a également sa part de responsabilité. D’autant que l’on avait tous les ingrédients pour donner un nouvel élan à cette unique filière du scooter en France" (…) "A présent, l’ultime question que l’on doit sérieusement se poser (…) c’est de savoir si nous sommes capables de travailler, ensemble, d’arrache-pied afin de développer et promouvoir en France une vraie filière industrielle du 2 et 3 roues, de bonne gamme".



 

Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus