MBF aluminium : opération escargot des salariés sur la route de St-Claude à Lons pour sauver leurs emplois

A Saint-Claude dans le Jura, la mobilisation des salariés de MBF, en grève depuis deux semaines, ne faiblit pas. Ce mercredi 14 avril, ils ont organisé une opération escargot pour montrer leur colère et faire entendre leur voix. 

Opération escargot d'une soixantaine de véhicules des salariés de MBF
Opération escargot d'une soixantaine de véhicules des salariés de MBF © H.Perret

C’est sous un concert de klaxons et escortés par les gendarmes que les salariés de MBF ont pris la route vers 13h ce mercredi 14 avril pour ralier Lons depuis St-Claude. Une soixantaine de véhicules dans le cortège et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Stop à la casse », « touche pas à notre usine » ou encore « PSA, Renault made in France ».  

© H.Perret

 

2 heures plus tard, le défilé parvenait devant la préfecture lédonienne. Les représentants de l’Intersyndicale ont pris la parole pour rappeler à l’Etat ses responsabilités en demandant aux constructeurs automobiles de ne pas délocaliser leur production. « L’idée c’est que l’Etat oblige les constructeurs à privilégier la France sur les productions avec les aides que l’Etat leur fournit et qu’on arrête de leur donner des chèques en blanc » nous précise un responsable syndical de chez MBF. 
 

Prise de parole devant la préfecture à Lons
Prise de parole devant la préfecture à Lons © H.Perret

On veut de l’activité, on ne veut pas l’aumône !

Salarié de MBF

Une délégation a été reçue par le Préfet mais à l’issue de cette rencontre, les représentants syndicaux ne se font guère d’illusions « on a l’impression que le préfet n’est pas plus entendu que nous aujourd’hui nous explique Nail Yalcin (CGT) alors il va falloir se faire entendre de manière différente et hausser le ton pour faire en sorte qu’on s’intéresse un peu plus à nous ».
 

La mobilisation des salariés de MBF ne faiblit pas
La mobilisation des salariés de MBF ne faiblit pas © H.Perret


Maintenir le bras de fer

La fonderie de St-Claude est en redressement judiciaire depuis le 4 novembre dernier avec un plan de continuation proposé par l’actuelle direction. Ce plan prévoit le maintien de 200 emplois, mais il a été retoqué par le tribunal de commerce de Dijon.

Aujourd’hui, soit un repreneur se manifeste d'ici le 27 avril avec un projet cohérent et viable, soit MBF aluminium se trouvera placée en liquidation judiciaire.

Portes ouvertes et manifestation à Saint-Claude

Les salariés de MBF ne sont pas en panne d’idées pour alerter sur leur situation et partager leur combat. Si la semaine dernière, ils sont allés chez Stellantis (ex PSA) à Sochaux pour demander aux constructeurs automobiles de s'engager dans des carnets de commandes suffisants pour sauver l'emploi à la fonderie. Ils invitent demain jeudi 15 avril et vendredi 16 avril le public à des journées portes ouvertes. Objectif : montrer leur outil de travail et le savoir-faire de l’entreprise.

Et puis, ce samedi 17 avril, une grande mobilisation est annoncée pour dire stop à la désindustrialisation du bassin d’emploi Sanclaudien.
Rendez-vous est donné aux salariés à 13h devant les locaux de MBF. Ils rejoindront eusuite la population de St-Claude devant la sous-préfecture pour une marche en direction de la place du 9 avril. 

 

Marie-Guite DUFAY en appelle à la Ministre pour sauver la fonderie

Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, publie un communiqué dans lequel elle explique être « très attentive au devenir de la fonderie MBF de Saint-Claude. La préservation des emplois et des compétences doit rester une priorité absolue. Depuis plusieurs mois, j’interpelle le gouvernement sur les conséquences désastreuses d’une telle fermeture. La fonderie sanclaudienne, c’est 70 ans d’histoire, mais surtout plus de 200 familles qui font vivre tout le bassin d’emploi du Haut-Jura. Quand vous condamnez le 1er employeur privé d’une ville, vous condamnez de fait l’ensemble du territoire et sa population », affirme Marie-Guite Dufay.
Face à cette impasse, la présidente de la Région a demandé à la ministre de l’Industrie de réunir en urgence les principaux acteurs de ce dossier.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie social grève transports entreprises